Quand les Miss ne peuvent plus parler avec la presse

Crédit Kevin Swijsen.jpg

Depuis dimanche, les 30 finalistes de Miss Belgique sont à Sahl Hasheesh, en Egypte, pour préparer la finale du 10 janvier prochain. Si les filles font beaucoup de séances-photos et de vidéos, elles sont aussi là pour rencontrer la presse francophone et néerlandophone qui fait partie du voyage. Ces rencontres permettent de mieux connaître la future Miss mais aussi de prendre la température au niveau de l’ambiance entre les filles. Et d’ambiance, il en fut question ces derniers jours puisqu’une finaliste s’est épanchée dans la presse à propos du concours qu’elle estime tronqué. « Certaines filles paieraient des dessous de table pour être dans le top des sms », avait-elle expliqué. Depuis, la finaliste a fait son mea culpa mais le mal est fait : de nombreuses candidates la boycottent, d’autres ne veulent même plus être prises en photo avec elle. Darline Devos, la présidente du comité, a réagi aux accusations. « Non, je ne connais pas encore le nom de la gagnante. Le comité est une entreprise mais nous n’obligeons personne à acheter les flyers », a-t-elle commenté. Cela n’a visiblement pas suffi pour éteindre l’incendie.

Surprise en train de manger avec la presse, la jeune fille a été fermement invitée à quitter la table « dans la minute ». Un peu plus tard, ce sont plusieurs autres candidates à qui le comité a fait savoir qu’elles devaient changer de table, alors qu’elles s’apprêtaient à manger avec des journalistes. « On ne peut plus manger avec vous », a discrètement confié une fille. Interrogée, la présidente du comité s’est expliquée. « Je ne veux pas qu’une fille seule mange avec la presse car les autres candidates risquent de penser qu’elle est favorisée et ça, je ne le veux pas». Ne serait-il pas temps pour le comité de mieux gérer sa communication ?

(Crédit-photo : Kevin Swijsen, photo d'illustration). 

Pin it! Catégories : Au soleil, Tout nouveau tout chaud

Les commentaires sont fermés.