Testé pour vous : le maquilleur des stars

Lancôme Teint_Miracle_03.jpgPuis-je devenir une créature sublime en quelques coups de pinceau et de blush ? La réponse est… oui. J’ai testé pour vous le « make up artist », c’est-à-dire le maquilleur des stars et des tops. L’occasion de lui demander ses astuces maquillage...

Le rendez-vous est fixé dans le bâtiment de la Maison Roger, le coiffeur de la Cour, à Bruxelles. C’est là qu’officie Bouzouk, master make-up artist chez Lancôme. Son job ? Maquilleur, styliste et créateur de costumes. Il maquille lors des grands défilés, a le don de transformer une mine fatiguée en un teint sublime, prêt à tourner une pub pour la marque de cosmétique. Au départ, c’est pas gagné. Le manque de sommeil, l’abus de soleil et des vacances qui tardent à arriver m’ont rendu le teint fatigué, le visage cerné et une peau qui crie « help ».

Ici, on n’est pas sur la même planète que lorsqu’on achète ses cosmétiques en grande surface, par exemple. Alors que parfois mes humeurs oscillent et hésitent entre un fond de teint clair, rosé ou beige, Bouzouk démarre directement  sur la notion de lumière. « Désormais, on travaille  sur l’aura de la peau », me dit-il. Aïe, que veut-il dire par là ? « On démarre le maquillage par une base qui joue comme un capteur de lumière. Les fonds de teint travaillent aussi comme des capteurs de lumière. Ici, on va plus loin et on développe l’aura de la peau ». Concrètement, c’est comme s’il n’y avait pas de matière sur la peau tant le produit fond et glisse naturellement sur la peau. D’un coup, la base floute mes pattes d’oies.

Etape suivante, le stick que Bouzouk qualifie de miracle. Le premier sérum Miracle de chez Lancôme qu’il applique sous les paupières. « S’il y avait eu un gonflement des paupières et des cernes, j’aurais appliqué un anti-cernes pour pallier le côté rond du gonflement mais ce n’est pas le cas ici », explique le maquilleur des stars. Ouf ! Et le fond de teint, comment le choisit-on ? « C’est sous la bouche que je cherche la couleur de la peau », confie Bouzouk. « C’est là où il y a le plus de pigments à couvrir ».  Vu la couleur cendrée de mes cheveux, on opte pour une couleur qui éclaire la peau. On part vers un beige. Comment l’appliquer ? « En tout cas, je e termine au pinceau pour des zones comme le nez ou pour cacher des petits boutons. C’est plus pro de finir comme cela ». Sans oublier que le pinceau permet de « récupérer » (c’est-à-dire d’atténuer  voire de faire disparaître) les tâches brunes qui fleurissent sur mon front en raison d’un excès de soleil par le passé.

Ensuite vient le blush en 2 teintes : un rosé pâle que l’on va utiliser pour mettre certains volumes en valeur et un plus foncé pour les contours comme les pommettes, le cou et les paupières. « Le plus clair, je le garde pour le nez, le front ou l’intérieur du visage. Il va aussi sur les lèvres pour préparer le maquillage ».

Vient alors l’étape du crayon à sourcils. On le passe sourcils, « pour faire le haut du visage », c’est-à-dire pour le rehausser. On achève avec une touche de gloss sur les lèvres. Autre astuce ? Le crayon khol argenté au-dessus de l’œil pour illuminer.

Bilan ? Un teint de pêche, une peau lumineuse et un maquillage discret. « Ce que j’apprécie, c’est que les femmes ne doivent pas acheter 25 produits pour se maquiller. On peut faire beaucoup avec peu », argumente le maquilleur-vedette qui, s’il a pris le temps d’expliquer les étapes, garantit un même résultat en quelques minutes, toute seule dans ma salle de bain. Je ne demande qu’à voir…

 

                                                                                  Laurence BRIQUET ( crédit-photos : Lancôme). 

 

Pin it! Catégories : Le make-up, Testé pour vous

Les commentaires sont fermés.