Le make-up - Page 3

  • Liz Hurley lutte contre le cancer du sein

    William P. Lauder et Elizabeth Hurley Iont illuminé l'Empire State Building - crédit Estée Lauder copie.jpg

    Elizabeth Hurley est actrice, mannequin, créatrice de maillots de bain, agricultrice et maman. Depuis ses débuts en tant qu’ambassadrice d’Estée Lauder en 1995, l’égérie à la beauté intemporelle a fait sien l’objectif qui animait Evelyn H. Lauder, à savoir sensibiliser le public à l’importance de la santé du sein et lever des fonds dans le monde entier afin de financer la recherche et de trouver un remède au cancer du sein. Elle est ambassadrice mondiale de la campagne BCA, Breath Cancer Awareness Campaign, la campagne de sensibilisation du cancer du sein du groupe américain qui démarre en octobre.

    Liz, qu’est-ce qui vous a poussée à vous associer à la campagne BCA ?

    J’étais très proche de ma grand-mère, une femme merveilleuse, débordante d’énergie et qui aimait s’amuser. Lorsqu’elle a découvert une grosseur au niveau de son sein, elle a eu trop peur pour en parler. En fait, elle a attendu deux ans avant de dire à quelqu’un qu’elle avait un cancer du sein. Cette histoire m’a terriblement marquée, et lorsqu’Evelyn Lauder m’a demandé de l’aider en participant à la campagne BCA peu après mes débuts en tant que mannequin pour Estée Lauder, je me suis tout de suite sentie concernée par cette cause. Ma grand-mère venait de décéder des suites de sa maladie, et je voulais lui rendre hommage, aider à diffuser le message sur l’importance de la santé du sein et contribuer ainsi à sauver des vies. 

    Liz Hurley crédit Estée Lauder.jpg

    Quelles actions menez-vous en qualité d’ambassadrice mondiale pour la campagne BCA ?

    Chaque année, c’est avec plaisir que je me rends aux quatre coins du monde afin de diffuser le message de
la campagne BCA à propos de la santé du sein, de l’éducation et de l’importance de la recherche médicale pour trouver un remède à la maladie. Je rencontre de nombreuses personnes qui ont été touchées par le cancer du sein et je discute avec des chercheurs qui font d’énormes progrès sur la voie de l’éradication de cette maladie. Toutes ces personnes m’inspirent énormément, de même que tout ce qu’elles mettent en œuvre pour soutenir la cause et encourager leurs proches à faire de même. C’est ce que le slogan « Ensemble, nous sommes plus forts » signifie à mes yeux. C’est en unissant nos forces et en luttant ensemble pour atteindre un objectif commun que nous pourrons réellement obtenir des résultats, et je suis convaincue qu’Evelyn penserait la même chose. Cette année, j’encouragerai des femmes et des hommes du monde entier à démontrer en quoi chacune de nos actions peut avoir un impact sur la lutte contre la maladie. Nous persévérons aujourd’hui avec le même dévouement et le même engagement qu’Evelyne manifestait jadis.

    Au fil des ans, vous avez noué une relation d’amitié avec Evelyn Lauder. Quel est votre plus beau souvenir d’une action que vous et Evelyn avez menée de front en faveur de la lutte contre le cancer du sein ?

    Evelyn Lauder dirigeait le mouvement mondial de sensibilisation du cancer du sein de manière forte, inspirante et passionnée. Elle était un merveilleux mentor ! Je garde de très bons souvenirs de nos nombreux voyages à travers le globe. Je me rappelle avoir été particulièrement émue lorsqu’en 2010, nous avons établi le premier record mondial d’illumination
du plus grand nombre de monuments pour une cause en l’espace de 24 heures. Evelyn et moi avons allumé ensemble le dernier d’entre eux, l’Empire State Building, en y projetant un rose éclatant. C’était un moment fort pour nous deux, et je n’oublierai jamais notre émotion, nous qui savions que cet effort mondial était en train d’attirer l’attention sur l’importance de la santé du sein et allait être une source d’inspiration pour le monde entier. Chaque fois que je poursuis la tradition et que j’illumine un monument emblématique, je ne peux m’empêcher de penser à Evelyn. 

    Emulsion hydratante Clinique, 54,80 euros dont 14,55 euros au profit de l'action.jpg

    Que souhaiteriez-vous que les gens
du monde entier retirent de la campagne BCA de cette année ?

    Le cancer du sein ne connaît pas de frontières et ne fait pas de discrimination : il peut frapper tout le monde, quel que soit le pays. Nous avons déjà accompli de grandes choses, mais il reste encore beaucoup à faire pour que le cancer du sein ne soit plus qu’un lointain souvenir. J’ai l’espoir que, partout dans le monde, les gens se rendront compte de l’impact que chaque action, même insignifiante en apparence, peut avoir pour nous rapprocher d’un monde sans cancer du sein. Des démarches simples peuvent être très utiles, comme rappeler à ses amis de planifier leurs rendez-vous médicaux annuels ou faire un don en l’honneur d’un être cher pour soutenir la recherche par l’intermédiaire de la Breast Cancer Research Foundation® (BCRF). Collectivement, nos actions peuvent avoir un impact bien plus marqué. 

    On se fait plaisir en soutenant la recherche, avec ce blush Clinique (26,60 euros dont 3,65 euros pour la recherche).jpg

     

     

    « Adoptez un mode de vie sain »

     

    Cette cause vous tient vraiment à cœur. Comment encouragez-vous vos proches à agir à vos côtés ?

    J’ai la chance d’avoir des amis et des proches très dévoués, qui sont chaque année à mes côtés. Certains portent le ruban rose tout au long de l’année, la plupart me tiennent au courant lorsqu’ils prévoient leurs rendez-vous médicaux et j’insiste toujours sur l’importance de surveiller sa santé.

    Quelle action simple en rapport avec la lutte contre le cancer du sein aimeriez-vous que davantage de gens entreprennent dans le monde ?

    J’aimerais que les gens consultent régulièrement leur médecin et fassent vraiment preuve de proactivité lorsqu’ils ont l’impression que quelque chose d’anormal se passe dans leur corps. 

    William P. Lauder, Elizabeth Hurley et une partie du personnel crédit Estée Lauder.jpg

    Qui est votre plus grande source d’inspiration ?

    Mon fils, Damian. En tant que maman, je veux la meilleure vie possible pour lui, ce qui implique de grandir dans un monde où il n’aura pas à craindre que ses proches soient touchés par cette horrible maladie.

    Que faites-vous pour décompresser après une longue journée ?

    J’aime prendre un bon bain chaud le soir avant d’aller dormir, et flâner dans ma ferme avec mon fils.

    Vous avez un mode de vie très sain. Donnez-nous un bon conseil !

    La recherche montre qu’un mode de vie sain joue un rôle important dans la prévention du cancer du sein. J’aime la nourriture simple. Je possède ma propre ferme biologique et je ne mange que de la viande provenant de mon élevage. Je cultive la plupart de mes légumes et j’achète le reste sur les marchés à des agriculteurs locaux.

    Vous parcourez le monde. Quel est votre secret pour avoir toujours l’air au top en voyage ?

    Il est important de s’hydrater, que ce soit sur la route ou en avion. J’essaie toujours de commencer la journée par un grand verre
d’eau avant de faire quoi que ce soit d’autre. Lorsque je suis en déplacement, j’ai toujours une bouteille d’eau sur moi et j’en emporte une dans mon sac ou dans ma voiture. En plus de ça, j’utilise le sérum Advanced Night Repair d’Estée Lauder deux fois par jour depuis 20 ans, je ne peux pas m’en passer !

     

    Des produits de beauté vendus pour la bonne cause 

    Trois mini rouges à lèvres dans un sac bandoulière Estée Lauder, 33,11 euros dont 20% des ventes reversées pour la campagne BCA.jpg

     

    C’est en 1992 qu’a été lancée avec courage et audace la campagne de sensibilisation du cancer du sein (BCA) de The Estée Lauder Companies par Mme Evelyn H. Lauder. Cette année-là, elle avait co-créé le label « Ruban rose », symbole universel de la santé du sein. Dédiée à la lutte contre le cancer du sein par le biais de l’éducation et de la recherche médicale et actuellement active dans plus de 70 pays, la campagne BCA a permis de récolter plus de 51 millions d’euros en faveur de la recherche, de l’éducation et des soins médicaux dans le monde entier, dont près de 40 millions d’euros ont servi à financer 185 projets de recherche de la Breast Cancer Research Foundation® (BCRF) aux quatre coins du monde ces 21 dernières années.

    À l’heure actuelle, pour chaque euro récolté, la BCRF alloue 81 cents à des programmes de recherche et de sensibilisation. Elle a jusqu’à présent récolté plus de 497 millions d’euros, qui ont permis d’alimenter les découvertes en matière de biologie des tumeurs, de génétique, de prévention, de traitement, de survie et de métastases.

    L’action de Mme Lauder est aujourd’hui poursuivie par son fils, William P. Lauder, président des sociétés du groupe Estée Lauder.

    Quatre marques du groupe participent à l’action : Estée Lauder, Clinique, Aveda et Darphin. Elles vendent chacune des produits spécifiques au profit de la lutte contre le cancer du sein. Chez Clinique, par exemple, une émulsion hydratante et un blush vendu dans une jolie pochette rose. Une partie des bénéfices des ventes sont reversés à l’opération.

    La campagne de cette année démarre début octobre jusqu’au 4 février 2016, journée mondiale contre le cancer.

                                                                                              L.B. (Crédit-photos : Estée Lauder)

     

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les égéries, Les soins, Les tendances, Nos amies les stars, Tout nouveau tout chaud
  • Les conseils beauté d'Adriana Lima

    Maybelline_BTS_140429-1172_image_1403122530469 - copie.jpg

    Le top brésilien de 33 ans, un des Anges de Victoria’s Secret, Adriana Lima, prête de nouveau ses jolis traits à la marque de maquillage Maybelline New York pour qui elle incarne le fond de teint Dream Wonder Nude. Elle nous parle de beauté mais aussi de son Brésil natal et de ce qui l’aide à trouver son équilibre.

    Adriana, qu’est-ce qui rend une femme belle, selon vous ?

    Son caractère et sa capacité à avoir confiance la rend belle.

    Cela aide le maquillage, non ?

    Le maquillage est génial car il permet aux femmes de s’exprimer d’une manière très personnelle. 

    Maybelline DreamWonder_Nude_Bottle - copie.jpg

    Y a-t-il une astuce beauté que vous tenez de votre maman ou de votre grand-mère ?

    Les noix de coco ont toujours été une part importante de la culture de la région d’où je viens, au Brésil. On m’a toujours dit de boire beaucoup d’eau aromatisée au lait de coco.

    Quels produits de maquillage appréciez-vous ?

    J’aime le rouge à lèvres rouge car je n’ai pas toujours le temps de changer complètement de look donc j’en ai toujours un avec moi.

    C’est votre signature beauté ?

    Oui, une bouche rouge vif.

    Qui est votre icône beauté ?

    Marilyn Monroe a toujours été mon icône et mon inspiration professionnelle. Pour moi, elle était l’incarnation de la féminité et de la grâce. 

    Maybelline_BTS_140506-1578_image_1403122474179 - copie.jpg

    Cela vous fait quoi de revenir dans l’équipe Maybelline New York ?

    C’est génial. J’ai déjà eu tellement de belles expériences avec Maybelline et grandi tellement avec cette marque. C’est un peu comme revenir à la maison. Cela me fait aussi plaisir de travailler avec Christy Turlington ou Emily DiDonato.

    Cela fait quoi d’être ambassadrice d’une marque ?

    C’est représenter la beauté et la confiance qui existent en chaque femme. 

    ADRIANA-1_300dpi_image_140311797064.jpg

    Quel est votre meilleur souvenir avec Maybelline New York ?

    Je me rappelle la première fois où j’ai rencontré Christy Turlington. Elle est super belle et j’ai toujours été une grande fan.

    Quel premier produit de la marque avez-vous utilisé ?

    Le mascara Great Lash.

    Parlons un peu de mode. Quelle est votre pièce préférée dans votre garde-robes ?

    J’adore une paire de collants de sport qui soutiennent merveilleusement bien. Ils sont super pour boxer et j’aime les porter tout le temps.

    Qu’est-ce qui vous donne confiance en vous ?

    Devenir maman m’a donné confiance dans tout ce que je fais.

    Vous aimez New-York ?

    Ma carrière a démarré à New York.  C’est le centre du monde et ma deuxième maison.

    New York en un mot ?

    Travail.

    Que faites-vous quand vous avez du temps libre ?

    Quand je ne travaille pas, je passe du temps avec mes enfants. On s’amuse tellement ensemble, quoi qu’on fasse, mais nous aimons les parcs, des zoos et le cinéma.

    Y a-t-il un endroit où vous aimeriez voyager ?

    J’ai la chance d’avoir un job qui me fait voyager. Mais si j’ai le choix, je rentre toujours à la maison, au Brésil.

    Vous aimez manger quoi ?

    Il n’y a rien de comparable à la cuisine brésilienne. C’est ma favorite !

    Vous faites quoi comme sport ?

    Le sport a toujours été très important pour moi. Pour le moment, j’aime boxer.

    Qu’est-ce que Bahia a de plus que New York et qu’est-ce que vous appréciez le plus à New York par rapport à Bahia ?

    Quand je suis à New York, la musique brésilienne me manque, tout comme la cuisine exotique et, bien sûr, ma famille. A New York, vous pouvez vous procurer tout ce que vous voulez 24h/24. Ce n’est pas le cas à Bahia.

    Vous écoutez quoi comme musique sur votre I-Phone ?

    J’aime la musique brésilienne. La bossa nova est mon genre préféré mais j’aime aussi Beyonce et Jay-Z.

    Qu’est-ce qui vous manque quand vous n’êtes pas au Brésil ?

    Le pays me manque beaucoup, les plages, la musique et la nourriture et je ne m’habituerai jamais à être loin de ma famille. 

    Terminons pas un petit conseil de beauté venu du Brésil…

    Mettre de l’eau aromatisée au coco sur des cotons de démaquillage et les appliquer sur la peau. Laisser poser cinq minutes. C’est génial pour hydrater la peau !

                                                                                     Laurence BRIQUET (Crédit : Maybelline New York). 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les égéries, Tout nouveau tout chaud
  • L'Oréal Paris voit la vie en rose avec John Legend

    L'Oréal Paris.jpg

    Le chanteur est la star de la nouvelle campagne L’Oréal Paris, pour la collection « Les Roses » : quatre rouges à lèvres et quatre vernis, imaginés par d’autres stars de la marque comme Julianne Moore et Jennifer Lopez.

    Pour sa nouvelle collection, disponible depuis le début de ce mois, L’Oréal Paris a frappé fort en associant le chanteur John Legend à son casting d’égéries dont les actrices Eva Longoria et Blake Lively.

    C’est dans le plus grand secret du Festival de Cannes, en mai dernier, que L’Oréal Paris a préparé une campagne exclusive réunissant son casting d’égéries et John Legend. Qui de mieux que ce chanteur oscarisé et aux neuf Grammy Awards pour réinterpréter avec ces femmes sublimes l’hymne à la beauté qu’est « la Vie en Rose » d’Edith Piaf ?  «  J’ai été inspiré par la mélodie et les magnifiques paroles et, comme l’amour et les relations humaines sont le corps de la plupart de mes chansons, cela m’a naturellement parlé », explique le chanteur. « Ce fut très facile de m’immerger dans ces paroles, étant donne que l’amour est un langage universel », ajoute-t-il. 

    La gamme créée par les stars.jpg

    Tournage exceptionnel

    Sous l’œil de Norman J. Roy, un appartement haussmanien a été reconstitué et totalement peint de rose pour servir de décor à un tournage exceptionnel.

    Tout cela pour présenter la plus délicate collection exclusive, « Les Roses », dans la gamme Color Riche, une collection de quatre rouges à lèvres et vernis roses signés par les égéries Jennifer Lopez, Blake Lively, Julianne Moore et Doutzen Kroes. 

    Blake Lively et Liya Kebede.jpg

    Le principe ? Les roses néo-coordonnés. La marque a voulu que ses roses ne soient pas similaires mais coordonnés. Du coup, l’accord entre le rouge à lèvres et le vernis se fait de manière subtile. Et à chaque star sa couleur. Doutzen, c’est le rose fuschia, J Lo, c’est plutôt le rose magenta tandis que Blake Lively apprécie le rose pêche et Julianne Moore, le rose grenadine.

    Cette gamme est disponible exclusivement chez Di et Kruidvat.

     

                                                                   Laurence BRIQUET (Crédit-photos : L'Oréal Paris)

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Les égéries, Les ongles, Nos amies les stars, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • Hubert d'Ornano, fondateur de la marque Sisley, est décédé

    Hubert d'Ornano.jpgLa nouvelle est tombée, Hubert d'Ornano, le fondateur de la marque Sisley, époux d'Isabelle d'Ornano, est décédé. Il laisse trois enfants, Philippe, Elisabeth et Christine, et une marque plus que prospère. 

    Fils de Guillaume et d’Elisabeth d’Ornano (née Michalska), Hubert d’Ornano est né le 31 mars 1926 dans le château familial de Melgview (Pologne). Il est issu d’une ancienne famille d’origine corse, les Ornano, qui, du XVIè au Xxè siècle, a donné à la France trois maréchaux, des généraux, des officiers et un ministre. A l’âge de 8 ans, il revient en France, et fait sa scolarité à l’école Saint-Martin de Pontoise. Très jeune lancé dans la vie active, il fonde à l’âge de 20 ans avec son frère Michel, la société de parfums Jean d’Albret à qui on devra quelques grands parfums comme l’Ecusson (1946), Casaque et Princesse d’Albret. En 1953, avec leur père Guillaume et leur mère Elisabeth, ils fondent la gamme de soins Orlane, qui deviendra une des références mondiales de la cosmétique dans les années 1960.

    En 1963 il épouse Isabelle d’Ornano, née Potocka. Ensemble, ils auront cinq enfants. Michel d’Ornano, élu maire de Deauville décide de se consacrer à la vie politique et quitte le monde des affaires en 1968. Ils vendent alors la société Jean d’Albret-Orlane, qu’Hubert d’Ornano continue de diriger pour le compte des nouveaux actionnaires jusqu’en 1975. A cette époque, il reprend et préside aux destinées de la maison de couture Jean-Louis Scherrer. En 1976, retrouvant son indépendance, il reprend avec son épouse Isabelle d’Ornano la société Sisley dont il décide de faire un pionnier de la phyto-cosmétologie et de n’utiliser que le meilleur des extraits naturels des plantes: « Je suis un amoureux de la campagne. Je prends conscience du fait que, grâce à la technologie moderne, c’est dans les plantes que l’on fera les plus grandes découvertes, non seulement pour les médicaments, mais aussi pour les cosmétiques ».  Au cours des quarante années qui suivirent, rejoints par leurs enfants, Philippe Christine et Elisabeth, Hubert et Isabelle d’Ornano ont fait de Sisley l’un des leaders mondiaux de la cosmétique haut de gamme. 

    En 2013, 2013, la Présidence de Sisley est confiée à Philippe d’Ornano. Avec son épouse, Hubert d’Ornano reste très attentif au développement de Sisley et de ses équipes ainsi qu’à la grande qualité des produits. Ensemble, ils créent en 2007 la Fondation Sisley- d’Ornano, placée sous l’égide de la Fondation de France, pour mener des actions caritatives et de mécénat dans des domaines très divers, en France comme à l’étranger. On lui doit notamment la restauration de la fresque de l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption, siège de la Mission polonaise à Paris. L’année suivante, avec « La Beauté en partage », Hubert d’Ornano publie ses mémoires par lesquels il souhaite « raconter une histoire personnelle, familiale et collective pour la sauvegarder, la transmettre à (mes) descendants. La partager avec tous ceux qui aiment et utilisent Sisley, tous ceux qui concourent à son développement ». Pour lui, « raconter cette histoire, c’est aussi exprimer des valeurs, des idées, une volonté, un style, ceux de Sisley ». 
     
    Sisley distribue ses produit dans plus de 90 pays, emploie plus de 4.000 collaborateurs de 100 nationalités. 

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les parfums, Les soins, Tout nouveau tout chaud
  • Birchbox : déjà un million de clientes séduites !

    Birchbox 1.jpeg

    La marque américaine est arrivée chez nous il y a un an. Ses boîtes de produits de beauté vendues par abonnement mensuel cartonnent chez nous. On vous dit tout sur le phénomène…

    Connaissez-vous Birchbox ? C’est une petite boîte contenant 5 produits de beauté qu’on reçoit, chaque mois, dans sa boîte aux lettres, sur base d’un abonnement. Il y a déjà un an que ce phénomène, venu des Etats-Unis, est arrivé chez nous. « Birchbox est née il y a 5 ans, en partant de deux constats. D’abord qu’il est très difficile d’acheter des produits de beauté sur le web sans toucher le produit et sans bénéficier de conseils », explique Quentin Vacher, directeur exécutif Birchbox Europe. « Ensuite, les clientes sont sensibles aux conseils donnés par des bloggeuses. Elles recherchent de la transparence et de l’authenticité ». 

    Voilà comment est née la Birchbox. Le concept, c’est de s’abonner (entre 13 et 15 euros par mois, selon le mode de livraison choisi) et de recevoir, tous les mois, des produits à tester tranquillement chez soi, dans différentes catégories (cheveux, soins corps ou visage, maquillage…), afin de voir si le produit nous convient.  Le plus ? Les boîtes sont personnalisées selon les désirs de chacune. Quand on s’inscrit, on doit en effet remplir un questionnaire à propos de soi (type de peau, cheveux colorés ou pas…) et, chaque mois, l’assortiment que vous recevez est réalisé en fonction de cela. 

    La boite anniversaire.jpg

    Produits exclusifs

    Ajoutons à cela un accent sur les conseils pratiques puisque le site de Birchbox propose également des conseils pratiques via des vidéos notamment et des échanges entre les membres de la communauté (plus d’un million d’abonnés de par le monde) sur les produits proposés. Sans oublier le-shop (plus de 150 marques et plus de 2.000 produits qui permet d’acheter les produits qu’on a reçus (ou d’autres) ainsi que des marques qui ne sont pas présentes en Belgique dans des magasins.

    Les produits qui cartonnent sur l’e-shop ? Le numéro un incontesté, c’est le Beauty Protector (Protect & Detangle), un soin cheveux multi-fonctions et complet à l’odeur totalement addictive.  Suivent le Cellu-Cup (pour toutes celles qui veulent déloger la cellulite) et Egyptian Magic, une crème 100 % naturelle qui soigne, nettoie, démaquille les yeux et nourrit les peaux sèches. 

    A découvrir sur www.birchbox.be

    Quentin Vacher, directeur exécutif Europe.jpg

     

                                                                   Laurence BRIQUET (Crédit-photos : Birchbox)

     

    La Belge aime l’épilation brésilienne

    Qui est la cliente belge de Birchbox ? « La Belgique est un marché qui fonctionne bien pour nous », explique Quentin Vacher, directeur exécutif Birchbox Europe. « C’est un marché en forte croissance. Je dirai que la cliente belge n’est pas fondamentalement différente de la cliente française même si on constate qu’en Belgique, l’e-commerce fonctionne très bien, notamment à cause du fait qu’il présente des marques non présentes sur le marché belge. La cliente-type de Birchbox a de 16 à 70 ans mais ce sont principalement des femmes de 30 à 35 ans, déjà connectées à internet, qui étudient ou travaillent, qui ont un intérêt pour la beauté même si ce n’est pas leur passion, elles sont présentes sur les réseaux sociaux, sont curieuses et elles sont davantage urbaines », ajoute-t-il. Notons que dernièrement, l’entreprise a mené une enquête sur les habitudes de ses clientes françaises (dont les résultats peuvent s’appliquer aux Belges). La cliente française aime l’épilation brésilienne (on garde un ticket de métro de poils), elle apprécie le wavy (vagues) dans ses cheveux et son brushing parfait, c’est celui de l’actrice Blake Lively.

     

                                                                                              L.B.

     

    Birchbox, ce sont aussi des éditions limitées

    En plus des abonnements mensuels, Birchbox propose régulièrement des éditions limitées qu’on peut s’offrir même si on n’est pas abonnée. Cet été, par exemple, il y a eu le kit « Let the sun shine », le kit parfait pour les bains de soleil, décliné en deux versions : crème, huile, spray avec SPF, pour le corps, les cheveux ou le visage... A la rentrée, c’était «No excuse», une édition limitée tout en énergie pour accompagner les bonnes résolutions de la rentrée. Elle comprenait notamment un sac de sport au design coloré avec le slogan « J’peux pas j’ai piscine ». Octobre annonce déjà la venue de Beautiful Skin (79 euros pour les non abonnées et 92 euros pour les abonnées). Pour l’occasion, Birchbox s’est associé avec Philips et propose la brosse nettoyante visage Visapure Essential, un nouvel indispensable de votre salle de bain! 

    La boite Beautiful Skin dès octobre, 79 euros pour les abonnées et 92 euros pour les non-abonnées.jpg

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les cheveux, Les ongles, Les parfums, Les soins, Les tendances, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • L'huile, la star de l'automne

    L'Oreal Paris.jpgNon, il n’y a pas que l’huile solaire. L’huile fait une arrivée remarquée dans notre salle de bains : hydratante, anti-rides, satinante ou capillaire, elle est partout. On vous explique comment l’utiliser…

    Les fanas du bronzage la connaissaient déjà. Il y a 20 ans, quand on se souciait moins (ou pas) des méfaits des rayons solaires, on se tartinait allègrement, sur le plage, d’huile à bronzer. Grasse voire plaquante, elle ne laissait pas particulièrement un bon souvenir sur le plan de la texture. Par contre, question bronzage, c’était le top : on rentrait bronzée comme une cacahuète. Aujourd’hui, on se protège davantage et les huiles ont fait, depuis peu, un retour en grâce car elles se sont nettement améliorées, notamment sur le plan des indices de protection. Par ailleurs, l’huile que l’on applique désormais avant de s’exposer au soleil est non grasse, voire carrément sèche. Elle satine, adoucit, assouplit, nourrit la peau échauffée par le soleil, pénètre rapidement, parfume légèrement et magnifie le hâle. Sans oublier le voile irisé qu’elle laisse sur notre peau dorée. Huile corporelle spray, Louis Widme, 20,30€.jpg

    Caresse fondante

    Par ailleurs, elle a su devenir un véritable produit de soin qu’on applique sur la peau telle une caresse fondante. On masse en effectuant de légers mouvements circulaires. L’huile se réchauffe au contact de la peau et pénètre rapidement sans laisser de film gras à la surface de la peau. Pour ça, il faut évidemment choisir la bonne texture qui donnera un toucher sec, non gras.

    Smart Treatment Oil, Clinique, 40,35 euros.jpgC’est pas fini puisqu’on l’utilise aussi pour nos cheveux. Alors qu’on la rejetait en bloc à cause de son aspect gras et collant, elle explose dans les salons professionnels où on vante ses mérites. On l’utilise, par exemple, après avoir séché ses cheveux, pour sublimer la chevelure. Attention, ce sont les pointes et longueurs que l’on travaille avec de l’huile (qu’on aura préalablement « malaxée » dans le creux de la main pour la chauffer), pas les racines. Sinon, l’effet poisseux et gras de l’huile sera bel et bien là. Comme avant… Resilience Lift Oil, Estée Lauder, 77,59 euros.jpg

     

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photos : L'Oréal Paris, Louis Widmer, Clinique et Estée Lauder). 

     

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les soins, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • Penelope Cruz, solaire pour Lancôme

    LANCOME_PENELOPE_F03_076_E.jpg

    Lancôme a choisi non pas un mais quatre visages pour sa nouvelle campagne « Advanced Génifique – All stars ». Parmi eux, la lumineuse Penelope Cruz.

    Ces dernières semaines, peut-être avez-vous vu plusieurs stars vanter le même produit de Lancôme. C’est normal : la marque française a choisi quatre stars pour promouvoir son flacon  de soin Advanced Génifique : Lily Collins et sa fraîcheur lumineuse, Lupita Nyong’o pour son énergie radieuse, Kate Winslet pour sa présence et Penelope Cruz pour son élégance vibrante. La muse d’Almodovar, qui a su séduire l’Amérique, n’a jamais renié ses racines espagnoles. Dans cette nouvelle campagne, elle laisse exploser sa féminité solaire. « La sensualité est un beau sentiment. J’aime voir ça chez les gens. Tout le monde ne l’a pas. Pour moi, Brando était la créature la plus sensuelle qui soit », explique la belle Ibère qui a été photographiée, pour cette campagne, par Mert Alas et Marcus Piggott mais aussi par Peter Lindbergh pour le clip publicitaire. 

    LANCOME_PENELOPE_F04_077_F.jpg

    A 41 ans, elle n’a rien perdu de sa superbe. « Je pense qu’en ayant grandi en Europe, j’ai une relation différente à la jeunesse. Cela signifie juste, pour moi, un anniversaire supplémentaire, tout en étant ici et en bonne santé. C’est la seule chose qui me préoccupe, la santé », ajoute-t-elle. « A chaque anniversaire, je me réveille et je suis incroyablement reconnaissante d’avoir la santé. Et c’est vraiment la seule chose qui compte. Je suis aussi très reconnaissante pour ma famille qui est la chose la plus importante de ma vie ». 

    advanced_genifique_dropper.jpg

    Quant à Génifique, il faut savoir que c’est un soin lancé en 2009. Il s’agit du premier sérum inspiré du territoire de la science des gènes. Vendu aux quatre coins du monde, il a reçu 150 prix internationaux et ce sont plus de 15 millions de flacons qui ont déjà été vendus. Il est devenu Advanced Génifique en 2013 lorsque sa formule a été optimisée.

    Cette année, il est donc représenté par quatre muses dont la belle Penelope. Beau casting ! 

    LANCOME_PENELOPE_F05_131_D.jpg

     

                                                                                     L.B. (Crédit-photos : Nico for Lancôme et Lancôme). 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les égéries, Les soins, Nos amies les stars, Tout nouveau tout chaud
  • Belle en pharmacie

    Vichy_Teint_Ideal_01 - copie.jpg

    La beauté n’est plus limitée aux parfumeries et grandes surfaces. Désormais, c’est aussi à la pharmacie qu’on achète son parfum, son huile pour le corps ou encore son soin anti-âge. 

    Gel lavant Lipikar, La Roche-Posay, à partir de 6,75 euros.png

     

    Pour acheter son parfum ou un soin corps, on file généralement à la parfumerie. Quand on a envie d’un gel douche sympa aux senteurs d’été, on sait qu’on le trouvera, à bon prix, en grandes surfaces. Mais, depuis quelques années, une autre tendance se dégage : celle d’acheter ses produits de beauté en pharmacie. Quand on passe à la caisse pour les médicaments des enfants, on aime aussi craquer pour un soin anti-âge, une huile qui nous sublimera le corps ou encore pour un gloss qui nous rendra le vie plus belle. 

    Huile de nuit détox, Caudalie, 33,40 euros.jpg

    Pierre Evrard est pharmacien à Charleroi. Lui qui a été chercheur pendant 10 ans avant de bifurquer vers la pharmacie constate cette tendance dans son officine. « Sur le plan économique, le secteur de la pharmacie a, lui aussi, été fort touché et le pharmacien ne peut plus vivre uniquement sur la dispensation des médicaments. Il faut être multi-cartes », nous explique-t-il. 

    Contour des yeux revitalisant, Eucerin, 18,90 euros.jpg

    « Jusqu’il y a 7 ou 8 ans de cela, la pharmacie offrait la dermo-cosmétique, c’est-à-dire des produits de soins pour les peaux à problèmes. Par exemple, on utilisait un produit vendu en parfumerie, on faisait une réaction allergique à ce produit et on venait en pharmacie pour y trouver une réponse. Aujourd’hui, ça change. On vient en pharmacie car on sait qu’on y trouvera aussi des éléments du quotidien comme des gels douche ou des déodorants », poursuit le pharmacien qui, du coup, a adapté ses choix des articles qu’il vend. «  Nous avons, entre autres, une gamme de produits de beauté bio pour adolescents », note Pierre Evrard qui constate que la cliente revient aussi en pharmacie parce qu’elle y trouve des produits moins chers qu’en parfumerie. « Même en période de crise, elle veut se faire plaisir. La preuve ? Notre gamme cosmétique connaît du succès ! ».

    Bref, entre le lait anti-régurgitation du petit dernier et les médicaments contre la fièvre du second, on pense un peu à nous ! 

    Huile prodigieuse, summer limited edition, Nuxe, 32 euros.png

     

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photos : Vichy, Caudalie, Eucerin et Nuxe). 

     

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Les ongles, Les soins, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • Testé pour vous : le lifting de cils

    Mon oeil.jpg

    Véritable alternative naturelle aux faux-cils et autres accessoires qui servent à nous offrir un regard sublime sans mascara, le Yumi Lashes est ce qu’on appelle un lifting des cils. On nous promet un regard de biche dès le réveil. On demande à voir…

    Le top israélien Bar Raffaeli ne jurerait que par lui. Idem pour quelques animatrices stars de RTL-TVi. Lui, c’est le Yumi Lashes, un rehaussement ou lifting des cils. Késako ? Pour avoir un regard de biche, à moins d’être bien dotée par la nature, il n’y a pas 36 solutions naturelles. Soit on met des faux cils (ce qui n’est pas très naturel justement), soit on met plusieurs couches d’un mascara volumateur. Le Yumi Lashes, qui vient de Suisse, veut proposer une alternative à cela. « Ici, on ne colle pas de cils ni d’extensions. On garde ses cils d’origine et rien d’autres. Ils sont simplement rehaussés, liftés(avec un patch en silicone) et recourbés avant d’être fixés puis teints si on le souhaite. La couleur de la coloration dépend de la couleur naturelle mais aussi du choix de la cliente qui a, par exemple, envie d’avoir du mascara noir sur les cils », explique Stéphanie Meers, make-up artist chez qui nous avons testé ce soin. « C’est 100% hypo-allergénique et naturel. Même la colle est à l’eau », ajoute-t-elle. 

    Stéphanie Meers, make-up artist.jpg

    Entretien quotidien mais simple

    Le soin dure environ 45 minutes, temps de pause compris. Rien de douloureux, c’est même plutôt relaxant. A la fin, les cils sont effectivement recourbés et allongés. Ils tirent vers le haut. Pendant 48 heures, il est déconseillé d’aller à la piscine, de mouiller ses cils ou de mettre du mascara. L’entretien se fait à l’aide d’une petite brosse (qui ressemble à une brosse de mascara) : il est recommandé de peigner ses cils une fois par jour. Pour un effet encore plus top, on applique chaque jour un mascara nourrissant (transparent) qui va aider à la pousse des cils.

    Bilan ? Pour celles qui aiment un résultat naturel et léger, loin de l’effet faux cils, c’est parfait. On peut même se passer de mascara. Très pratique pour l’été et les vacances. L’effet dure entre 8 et 12 semaines. Aucune retouche n’est nécessaire puisque rien n’a été « implanté » : l’effet s’estompe progressivement jusqu’à disparaître. Coût ? Entre 80 et 100 euros auxquels on peut ajouter 35 euros si on souhaite le mascara nourrissant. 

    Stpéhanie Meers.jpg

     

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photos : D.R. et Yumi Lashes). 

                                                 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • La folle vie de Kate Moss

    Rimmel Wake Me Up Mascara Kate Moss BTS 6.jpg

    Alors que sa vie sentimentale semble sombrer, le top anglais Kate Moss est magnifique dans la nouvelle campagne Rimmel pour un nouveau mascara. L’occasion de nous pencher sur la vie et la carrière de la Brindille…

    Depuis 2001, le top britannique Kate Moss collabore avec une autre institution britannique, la marque de maquillage Rimmel. « Toujours pile dans la tendance dans le choix à la fois des couleurs et du détail choc, elle apporte à Rimmel, et à ses propres collections, ce quelque chose que seule Kate Moss est capable d’apporter », explique la marque anglaise pour justifier le choix de la belle Kate. Cette dernière avait d’ailleurs développé et créé pour Rimmel, en 2011, une gamme de rouges à lèvres « Kate Moss for Rimmel ».

    Aujourd’hui, le top prête son joli minois pour le dernier-né de la marque, le Wonder’Full Wake Me Up Mascara, enrichi en vitamines et… concombre. Pour cette nouvelle campagne, incarnant le style british cool, Kate adopte un look rock chic dans une publicité télévisée dynamique. Avant de découvrir les scènes d’un réveil qui sonne, d’un oreiller qui explose et les sonorités typiques de Big Ben, elle nous demande « Ready to Wake Up? » (prête à se lever ?). Le nouveau Wonder’full Wake Me Up Mascara With Vitamins & Cucumber est le premier mascara de Rimmel qui veut jouer un rôle d’eye-opener pour ouvrir le regard dès le matin. Un mascara que le top a la vie dissolue a sans doute déjà adopté… 

    Rimmel Wonder´full Wake Me Up Mascara, black, 13.99 euros.jpg

     

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photos : Rimmel)

    Une carrière faite de (très) hauts et de (très) bas

    La  carrière de Kate Moss, 41 ans, débute quand elle a 14 ans. Elle a été repérée alors qu’elle montait dans un avion, à l’aéroport JFK de New York, en provenance des Bahamas, direction Londres. A 15 ans, la belle défile déjà pour John Galliano. Kate Moss n’oubliera probablement jamais que Galliano lui a mis, en quelque sorte, le pied à l’étrier. Du coup, quand en 2011, le célèbre couturier est mis à pied pour ses propos racistes tenus dans un café, la belle vole à son secours. Elle lui offre sa « réhab créative » en lui demandant de créer sa  (magnifique) robe pour son mariage avec Jamie Hince. Kate sait ce que le créateur a vécu, en étant hué par la presse et viré par ses patrons. Elle a connu pareille situation quand, en 2005, le journal britannique The Daily Mirror publie, à la une, une photo de Kate Moss en train de prendre de la cocaïne. Du coup, le top perd des contrats, est obligée (comme Galliano) de présenter des excuses et d’intégrer (comme lui aussi) une clinique pour subir une cure de désintoxication. Son come-back, elle le doit au Vogue France qui lui offrira, quelques mois plus tard, sa cover. 

    Rimmel Wake Me Up Mascara Kate Moss BTS 3.jpg

    Passons cet épisode douloureux pour revenir sur la carrière de la brindille. La personne qui l’avait repérée avait bien du mérite (ou du talent) d’avoir décelé chez elle son potentiel. Cela ne semblait pas évident : Kate est petite pour un top (1m70), elle des jambes relativement courte, même un peu arquée, une toute petite poitrine… Bref, ses détracteurs ne lui prédisaient pas une longue carrière. Grave erreur ! La belle, au look et au style inimitables, a un charme fou et elle est solaire sur les photos de magazines. Elle défile pour les plus grands (Chanel, Dior, Marc Jacobs…) et enchaîne les unes des plus grands magazines.

    Par contre, elle est beaucoup moins solaire quand elle sort de boîtes de nuit ou des soirées mondaines. On a souvent vu le top en piteux état, mélange d’alcool, de fatigue et peut-être d’autres choses. En 1998, la brindille avait déjà intégré une clinique de Londres pour soigner son addiction à l’alcool. Elle avait alors expliqué qu’elle buvait très souvent après les défilés, comme beaucoup d’autres gens du milieu. Sa vie dissolue serait peut-être d’ailleurs à la base de ses problèmes de cœur du moment (lire par ailleurs).

    Ceci dit, la belle reste au top. De nombreuses marques (Liu Jo, Fred, Rimmel…) lui font toujours confiance et elle continue sa vie de top parmi les mieux payés au monde. 

    Rimmel Wonder´full Wake Me Up Mascara, extreme black, 13.99euro.jpg

     

                                                                                     L.B.

     

    Kate, au bord du divorce ?

    Si on lui prête des liaisons avec de nombreuses célébrités (dont Daniel Craig et Leonardi Di Caprio, notamment), Kate a souvent défrayé la chronique avec ses histoires d’amour. En 1994, elle rencontre Johnny Depp qui la quittera 4 ans plus tard, la laissant dans une profonde dépression. Avec lui, elle formait un couple glamour qui faisait le bonheur des tabloïds. Vanity Fair les avaient même élus « couple de la décennie ».

    En septembre 2002, elle a une fille, Lila Grace (12 ans aujourd’hui) avec Jefferson Hack, le rédacteur en chef d’un magazine avec qui le top reste 3 ans. 

    Rimmel Wake Me Up Mascara Kate Moss BTS 5.jpg

    En 2005, elle rencontre le controversé Pete Doherty, connu pour ses nombreuses addictions. Le musicien, britannique comme elle, n’est visiblement pas très fidèle et la belle le quitte en 2007. Peu de temps après, elle rencontre Jamie Hince (46 ans), guitariste du groupe The Kills qu’elle épouse durant l’été 2011.  Mais, depuis quelques mois, il semble que le couple traverse une zone de turbulence. Des tabloïds anglais parlent même de divorce en vue et d’une bagarre autour… d’Archie, le bull terrier du couple. Le duo n’a plus été vu ensemble depuis mars dernier tandis que le guitariste aurait été aperçu passant du bon temps avec une autre que Kate, cet été, au festival de Glastonbury. Les conflits viendraient de la vie tumultueuse du top qui apprécierait plus que tout les sorties arrosées, ce qui ne plairait pas (ou plus) à son double. Affaire à suivre…

     

                                                                                     L.B.

     

    Pin it! Catégories : Le make-up, Nos amies les stars, Tout nouveau tout chaud