• Soldes : comment faire de bonnes affaires ?

    Maasmechelen.jpg

    Faire les soldes, c’est bien. Réussir de super affaires, c’est mieux…

    Les soldes, c’est une belle opportunité pour renouveler sa garde-robe. Avant de les commencer, on fait place nette et on fait le ménage dans ses armoires. C’est tout bénéfice pour nous car ça nous permet de faire de la place pour les nouveaux achats, d’éviter d’acheter une troisième petite robe noire, d’éliminer le superflu (ce qu’on n’a plus porté depuis 2 ans et qu’on ne portera sans doute plus jamais) mais aussi de retrouver des trésors, d’organiser son rangement, de faire des heureux autour de soi (en donnant les vêtements en bon état qu’on ne met plus) puis de se faire plaisir en s’offrant une jolie pièce de créateur, par exemple, pour fêter la bonne action qu’on a faite.

    Pour faire de bonnes affaires, on repère quelques jours avant. Ceci dit, pas la peine de tenter d’aller planquer la pièce repérée et essayée derrière une pile de gros pulls car, bien souvent, les vendeuses rangent le magasin le soir.

    On opte aussi pour du sens pratique : faire les soldes perchées sur des talons de 12 et avec un pantalon hyper serrant, c’est pas génial. Donc, si on veut bien profiter de sa journée et la vivre dans la sérénité, on s’habille en conséquence.

    On ne regarde pas non plus la nouvelle collection : on est là pour faire de bonnes affaires sur des vêtements de la saison passée, pas pour acheter des pièces de la nouvelle !

    N’achetez pas non plus un prix mais plutôt quelque chose dont vous avez besoin.

    Si vous avez repéré des pièces à l’avance, venez faire les soldes tout au début de la période pour avoir une chance de les obtenir. Renseignez-vous avant sur les horaires d’ouverture des magasins que vous avez l’intention de visiter et venez tôt, si possible. Gare aussi aux files d’attente !

    Enfin, si on veut gagner du temps, éviter la foule et les bousculades, on fait ses soldes sur internet. Cela permet aussi d’échanger en cas d’article qui ne convient pas. (Crédit-photo : Maasmechelen Village).

    Pin it! Catégories : Fashion
  • Dix conseils pour bien réussir ses soldes

    Maasmechelen 2.jpg

    C’est le grand moment tant attendu : les soldes sont là. C’est l’occasion de faire de bonnes affaires et d’acheter malin. Pour cela, on vous donne dix tuyaux pour réussir vos soldes et faire en sorte que les erreurs du passé (achat de vêtements qu’on ne porte jamais ou qui ont explosé notre budget, par exemple) ne se reproduisent plus.

    Nous sommes toutes passées par là, par la case « soldes » qu’on regrette. Une jupe trop serrante (oui, on s’était promis de maigrir pour rentrer dedans), des bottes en python qu’on n’a jamais portées (parce que, quand vous les avez achetées, la mode du python était déjà passée) ou encore un sac (alors que vous en avez déjà une bonne vingtaine de toutes les tailles et de toutes les couleurs dans vos armoires). Bref, il nous est déjà arrivé de maudire cette ruée vers les soldes qu’on a regrettée illico. Pour ne pas commettre les mêmes erreurs, cette année, on va vous guider. Voici, en 10 étapes, le secret des soldes qu’on ne regrettera pas.

     

    1    On fait les soldes en avant-première dans nos boutiques préférées. Il arrive en effet que les magasins dans lesquels on a l’habitude de faire nos achats et où on est bonne cliente fasse, quelques semaines avant les soldes, des invitations spéciales pour ses clients fidèles avec des promotions intéressantes appelées « offres privées » qui peuvent aller jusqu’à 40 ou 50% de moins, à l’achat de plusieurs articles. Si on a l’habitude de fréquenter ces boutiques, c’est qu’on y trouve souvent ce qu’on cherche. On commence donc nos soldes par là…

     

    2)     Cette année, on le promet, on évite d’acheter des pièces trop petites (en se disant qu’on va faire un petit régime et, qu’ensuite, on rentrera dedans) ou trop grandes (en pensant que tout rétrécit toujours au premier lavage). Ce sont des achats compulsifs qu’on finira par regretter ou qui croupiront, comme tant d’autres, au fond de notre garde-robe parce qu’on ne maigrira pas, parce que, si par hasard on maigrit, la pièce ne sera plus à la mode ou encore parce qu’on connaît désormais suffisamment sa machine à laver pour qu’elle ne transforme plus les vêtements en pièces pour poupées.

     

    3)     Avant de partir faire les soldes, on établit une petite liste. De quoi ai-je vraiment besoin ? D’un maillot pour le plus petit ? De quelques shorts pour le plus grand avant de partir en vacances ? D’une belle paire de chaussures à talons pour sortir le soir ?... Le choix est vaste. Il est donc opportun de préparer notre virée shopping pour éviter les mauvais choix mais aussi pour limiter notre budget.

     

    4)   A ce sujet, on établit, toujours avant de partir, une limite financière qu’on ne dépassera pas. On s’est fixé 150 euros de budget ? OK mais on n’en claque pas 300 sous prétexte qu’il y avait de bonnes affaires à faire. Ne pas prévoir de budget, c’est s’assurer de pleurer en regardant le décompte de sa carte Visa ou le solde de son compte courant en fin de mois. D’accord, on n’est pas obligé de fixer le budget à 10 euros près mais il est bon de se poser une limite à ne pas dépasser.

     

    5)   On pense à… nos enfants. Ils grandissent vite et donc les achats, en fringues, qu’on fait pour eux sont nombreux et réguliers. Cependant, il est parfois difficile d’estimer à l’avance quelle taille ou quelle pointure fera votre petit dernier l’été prochain. Il a 1 an aujourd’hui, il met une taille 18 mois mais que mettra-t-il réellement quand il aura 2 ans, l’été prochain ? Ce n’est parfois vraiment pas facile à dire. Bref, on essaye de se procurer quelques classiques qu’il pourra porter un peu plus longs, si nécessaire, comme un t-shirt un peu grand par exemple, ce n’est pas bien grave. Idem pour un jean un peu long. On lui fait un bord et puis, c’est bon. Plus délicat, par exemple, d’acheter des chaussures à mettre dans un an…

     

    6)   On établit un plan d’attaque. Y a-t-il des magasins que vous affectionnez particulièrement ? Des petites boutiques que vous appréciez et où vous achetez souvent des vêtements ? A moins que ce ne soit des boutiques que vous jugez hors de prix et que vous ne fréquentez qu’en période de soldes. Toujours est-il qu’il est intéressant de commencer votre virée « soldes » par ces magasins-là car dites-vous que dans les grandes enseignes, la pièce que vous aimez existe souvent en plusieurs exemplaires de la même taille, ce qui est rarement le cas en boutiques.

     

    7)   Au moment de faire ses choix, posez-vous la question : « en ai-je vraiment besoin ? ». Cette petite robe noire qui me fait de l’œil n’a-t-elle pas déjà 3 copines à peu près identiques dans ma penderie ? Ce petit pull qui me moule les seins, est-ce que j’oserais le porter ? Pour éviter les achats compulsifs et qu’on regrettera à coup sûr, posez-vous la question. Vous verrez, elle vous évitera bien des erreurs d’achats…

     

    8)   Evitez aussi de faire un achat sous prétexte qu’il est vraiment bon marché. Ce legging léopard, d’accord, il est à 10 euros mais le porterez-vous un jour ? N’est-ce pas un achat purement inutile, simplement parce qu’il est bon marché ?

     

    9)   Prenez une amie avec vous pour faire les soldes. Elle vous connaît mieux que quiconque, elle vous guidera dans vos choix et saura (si c’est une vraie amie) freiner votre fièvre acheteuse. Demandez-lui conseil et discutez de vos choix avant d’investir car deux avis valent mieux qu’un.

     

    10  Enfin, pour que cette sortie shopping soit un plaisir, ayez le sens pratique : portez des chaussures plates et faciles à enlever (pensez à la cabine d’essayage), des vêtements également faciles à ôter et à remettre, évitez les couches et les superpositions. Avoir du sens pratique, pour ce jour de soldes, vous sera d’un grand secours si vous ne voulez pas suer des gouttes comme des pois dans la cabine d’essayage ou vous faire mal aux pieds à force d’arpenter les rues commerçantes.  Vous pouvez aussi prendre un mi-bas avec vous si vous envisagez d’acheter de nouvelles chaussures.

     

    A vous de jouer maintenant ! (Crédit-photo : Maasmechelen Village)

    Pin it! Catégories : Fashion
  • Remise en forme 100% testostérone

    Yves Saint Laurent Beauté.jpg

    Fatigue, douleurs musculaires ou prise de poids : autant d’éléments qui poussent souvent les hommes à se (re)mettre au sport. Par où commencer ? Suivez le guide…

    Avec l’âge, les petits soucis arrivent : fatigue, douleurs au niveau des articulations, prise de poids… Même si les hommes font souvent moins attention à leur ligne que les femmes, il arrive qu’un déclic se produise et que Monsieur décide de se remettre en forme. Comment procéder ? Les hommes ne veulent pas nécessairement la même chose que les femmes. Alors que Madame cherche à être mince et à afficher une silhouette toute fine, Monsieur vise plutôt la force, la puissance, la vitesse et une bonne musculature.

    Tout d’abord, passé 40 ans, on demande l’avis de son médecin pour s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indication à la pratique d’un sport. Pour démarrer en douceur, on peut, par exemple, commencer par de la marche sportive.  Vous voyez celle qui se fait à un bon rythme avec un mouvement de va-et-vient des bras ? L’intensité de l’effort dépend évidemment du nombre de pas à la minute. Comme pour le jogging, on démarre mollo et on y va progressivement.

    On évite de se resservir

    Vous voulez perdre du ventre ? Il n’y a pas de miracle. Il vous faudra passer par la case « abdos » et pour afficher des tablettes de chocolat sur la plage cet été, il faudra se mettre aux célèbres « crunch », non pas ceux qu’on mange mais bien ceux qu’on fait sur tapis. Les abdos « crunch » se font sur tapis, en position couchée, genoux vers vous, pieds au sol et on remonte le buste en expirant puis retour On commence par en faire 20 par jour puis on augmente  graduellement. La bonne formule ? On fait une demi-heure d’abdos tous les soirs devant la télé.

    Quelques astuces pour maigrir ? On choisit une assiette de taille un peu plus petite, on évite de reprendre des féculents quand on a fini sa première assiette et on essaye de prendre un bon petit-déjeuner même si on court le matin et qu’on a peu de temps. Cela vous aidera à éviter de craquer vers 11h pour une crasse qui se trouve dans le distributeur de friandises, à quelques mètres de votre bureau. (Crédit-photo : YvesSaintLaurent). 

    Pin it! Catégories : Nos amis les hommes, Testé pour vous, Tout nouveau tout chaud
  • Retrouvez la forme après bébé

    Nivea 8.jpg

    C’est fait ? Bébé est là ! Félicitations. A vous de jouer maintenant pour vous débarrasser de vos rondeurs et retrouver une silhouette de rêve.

    Bébé a pointé le bout de son nez et la fatigue des premiers jours s’est estompée. Vous avez envie de reprendre une activité physique et c’est bien normal. D’autant que généralement, les kilos se sont accumulés et que ce n’est pas nécessairement la période de la vie où on se sent la plus désirable. Il est donc temps de passer à l’action.

    Avant toute chose, prenez l’avis de votre gynécologue. Six à huit semaines après l’accouchement, il est conseillé de le revoir. Il vérifiera qu’il n’y a pas de contre-indication à la pratique du sport et vous donnera (ou non) son feu vert. Notons qu’il vous conseillera avant toute chose de passer par des séances de kiné post-natale pour redonner un coup de fouet à votre périnée, ce muscle mis à mal pendant l’accouchement et qui agit sur la vessie. Un périnée mal rééduqué et ce sont les fuites urinaires qui peuvent faire leur apparition. Autant éviter, d’autant que, généralement, les mutuelles remboursent intégralement les 9 séances de kiné post-natale qui sont prescrites. Ce serait donc dommage de s’en passer.

    Oubliez les crunchs !

    Quand vous recommencerez le sport, allez-y mollo et pensez à votre poitrine, surtout si vous allaitez, qui doit être bien maintenue. Envie de resculpter votre bidou ? Il va falloir passer par la case « abdominaux » mais, attention, pas n’importe lesquels !  Les crunchs, par exemple, ces exercices où l’on comprime les abdominaux par des mouvements rapides et saccadés de remontée du buste, sont mauvais pour le périnée. Il faut leur préférer la gym hypopressive. « On se couche, par exemple, sur le dos et on creuse le ventre au maximum au moment de l’expiration », explique Séverine Jacinto-Galand, expert forme et coach. En gros, on gaine pour travailler le abdominaux en profondeur sans pousser sur les organes pelviens.

    Faut-il privilégier la gym maman-bébé proposée par certains clubs de gym ? On peut : c’est toujours sympa de se remettre à la gym en douceur mais sachez que c’est bien aussi de laisser bébé avec papa ou avec mamy pour aller se ressourcer seule ou avec une amie. Une manière de souffler un peu…

    On déstocke 

    Sisley.jpg

     

    Toujours au niveau de silhouette, on pense tout doucement à déloger les quelques kilos qu’on a ramenés de la maternité. Pas la peine d’opter pour un régime trop strict qui amènerait son lot de carences et de fatigue : ce n’est tout simplement pas le moment et votre moral risque d’être en berne. On privilégie plutôt une alimentation saine faite de légumes, fruits, viandes et poissons grillés et on fait d’une pierre deux coups puisque c’est bon pour nous et c’est bon pour bébé si on l’allaite.

    Enfin, on donne un petit coup de puce à notre silhouette en lui offrant un soin amincissant. Ne nous leurrons pas : aucune crème ne vous donnera les cuisses de Kate Moss mais les dernières innovations en la matière vous aideront à atténuer l’aspect peau d’orange et les capitons. On peut, par contre, agir plus en profondeur sur les graisses grâce à la technique LPG. « Cette technique minceur brevetée permet de réactiver le déstockage des graisses pour effacer les surcharges et les imperfections localisées », confie Altuna Sari, kinésithérapeute, à Liège. « C’est une technique indolore qui aide à déstocker, resculpter, raffermir et lisser », ajoute-t-elle. Comment ça marche ? Comptez deux séances par semaine pendant 4 semaines, à raison d’une demi-heure par séance. Ensuite, une séance par semaine pendant 7 à 8 semaines, jusqu’à obtenir le résultat espéré. Dès 5 à 6 séances, les résultats sont déjà visibles : la peau est plus lisse et les amas graisseux ont tendance à s’en aller. Côté prix, cela va de 20 à 40 euros environ la séance. 

    Enfin, sachez que retrouver votre silhouette d’avant-bébé prendra du temps. On parle souvent de 10 à 12 mois. (Crédit-photos : Nivea, Sisley et D.R.). 

    Pin it! Catégories : Mince alors !, Testé pour vous
  • Contre les rides ? L'hydratation

    Biotherm_Girl - copie.jpg

    Utiliser une crème antirides, c’est bien mais il existe d’autres solutions pour lutter contre les signes de l’âge. Outre une bonne protection contre les rayons UVA et UVB et l’arrêt du tabac, une bonne hydratation de la peau est essentielle dans la lutte contre les rides. En effet, bien hydrater sa peau est au moins aussi efficace qu’appliquer une crème antirides. En général, on peut donc se contenter d’une bonne crème hydratante d’autant qu’elle est souvent bien moins chère que la version antirides de la même marque. La plupart des crèmes antirides testées par Test-Achats hydratent correctement la peau et préservent son équilibre hydrique. Quatre crèmes antirides obtiennent cependant un mauvais résultat en ce domaine : la crème de jour raffermissante à la grenade Weleda, la crème Clinique Youth Surge Age Decelerating Moisturizer, la crème Roc Retin-ox Rides Correxion et le Sérum végétal Yves Rocher Wrinkles & Radiance. Aucune n’égale une crème hydratante ordinaire ! (Crédit-photo : Biotherm)

    Pin it! Catégories : Les soins, Testé pour vous
  • Crèmes anti-rides : la meilleure coûte 2,29 euros !

    Biotherm 2 copie.jpgUne bonne nouvelle pour notre portefeuille : plus besoin de se ruiner en achetant des crèmes antirides bien chères. Test-Achats les a testées et ce ne sont pas forcément les plus chères qui sont les meilleures, loin de là…

    Pour réaliser son test sur les crèmes antirides, le magazine de consommateurs Test-Achats a demandé à 995 femmes, de 31 à 70 ans, de tester 15 crèmes pendant 28 jours. Pour pouvoir établir une comparaison et mesurer les différences, elles ont dû appliquer la crème antirides sur la moitié de leur visage et une crème hydratante classique sur l’autre moitié. Au début et à la fin du test, Test-Achats a mesuré en laboratoire la profondeur des rides et ridules autour des yeux. Premier constat ? Seules 2 des 15 crèmes testées ont donné un meilleur résultat contre les rides qu’une crème hydratante ordinaire. Il s’agit de la crème de jour Q10 antirides Cien de chez Lidl et de la crème Eucerin Hyaluron-Filler. Quand on sait que la crème de Lidl est facturée… 2,29 euros, on se dit que notre portefeuille nous dira désormais merci. Eucerin.jpg

    L’enquête a donc porté sur 15 crèmes antirides achetées au supermarché, en pharmacie et en parfumerie. Il faut savoir que les crèmes antirides achetées en parfumerie sont généralement deux fois plus chères que celles vendues en pharmacie et quatre fois plus chères que celles vendues au supermarché. Un prix plus élevé n’est toutefois pas un gage d’efficacité puisque la crème antirides la plus chère du test, la Lancôme Rénergie multi-lift, coûte en moyenne 88,83 € pour 50 ml et s’avère très décevante. La meilleure du test, la crème de chez Lidl coûte, elle, 38 fois moins que celle de chez Lancôme! Attention cependant car la crème Cien contient des substances allergènes. Donc, si vous êtes sujette aux réactions allergiques, ce n’est pas pour vous. L’autre crème qui a eu un bon résultat et un léger effet sur les rides (Eucerin) est plus chère mais reste très abordable de 29,38 euros pour 50 ml. Les participantes se sont cependant montrées sévères : elles n’ont constaté que peu ou pas d’amélioration après 28 jours d’application, quelle que soit la crème utilisée. Un coup dur pour les grandes marques de cosmétiques !

    Comme quoi, il n’est pas toujours nécessaire de dépenser des fortunes pour être belle…

     

                                                                                              L.B. (Crédit-photos : Biotherm et Eucerin).

    Pin it! Catégories : Les soins, Testé pour vous
  • Nacho Figueras : "Rien n'est impossible si on travaille dur pour l'avoir"

    Ralph Lauren Fragrances 1.jpg

    Le joueur de polo argentin Ignacio Nacho Figueras est le visage des fragrances Polo de Ralph Lauren. Il est aussi le papa de 4 enfants. L’occasion de l’interroger sur son rôle de papa…

    Nacho Figueras, c’est un peu le David Beckham du polo. Né en 1977 en Argentine, il a joué au polo dans son pays mais aussi aux Etats-Unis où il est une star. En septembre 2009, il a atteint la première place du Top 100 des joueurs de polo. Il est papa de 4 enfants.

    Comment est-ce que le fait d’être papa a influé sur votre carrière d’athlète ?

    Etre père est la meilleure chose qui me soit arrivée. Cela demande de l’attention et du dévouement, ce qui m’a aidé à être un meilleur athlète.

    Avez-vous une tradition familiale spéciale pour la Fête des Pères ? Et quelle est la chose la plus craquante que vos enfants ont fait pour vous ?

    On n’a pas vraiment de tradition particulière mais être avec mes enfants le jour de la fête des pères est la meilleure chose qui soit. Je suis très chanceux car j’ai du temps à passer avec eux.

    Qu’est-ce que votre père vous a appris ? Quelles valeurs vous a-t-il transmises ?

    J’ai appris tout de mon père. Il était et est un père formidable et maintenant que je suis moi-même père, je comprends mieux certaines choses que je ne voulais pas comprendre à l’époque. Le plus important, c’est qu’il m’ait fait comprendre que rien n’est impossible si vous le voulez vraiment et si vous travaillez dur pour cela. Ce sont ces leçons-là que je veux aussi transmette à mes enfants.

    Ralph Lauren Fragrances 4.jpg

     

    Vos enfants jouent-ils au polo ? Ils aiment les chevaux ?

    Toute la famille, ma femme et les enfants, fait du cheval, tout le temps. Mon fils de 14 ans, Hilario joue beaucoup au polo. Tous mes enfants aiment monter à cheval.

    Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre rôle de père ?

    Ce que j’aime le plus, c’est l’amour pur que vous avez en retour. Il y a des choses que vous ne pouvez vraiment ressentir et vivre vraiment que si vous êtes père.

    Quels sont vos hobbies ?

    J’aime le sport en général mais j’aime aussi beaucoup voyager. J’essaye d’emmener mes enfants dans différents endroits.

    Vos enfants savent-ils que vous êtes un athlète ? Veulent-ils être comme vous ?

    Mon aîné sait que je suis un sportif et veut suivre mes traces. Les autres sont encore jeunes mais ils apprécient la belle vie qu’ils ont.

    Est-ce que vous encouragez vos enfants à suivre leurs rêves comme vous l’avez fait ? Comment pourriez-vous les convaincre de ne pas y renoncer ?

    Je leur explique à quel point le chemin a été difficile pour en arriver où nous sommes aujourd’hui. Je leur ai dit qu’il faut frapper à 1.000 portes et que peut-être une seule s’ouvre. Je leur rappelle cela chaque jour.

     

    Ralph Lauren Fragrances 6.jpg

                                                                                     L.B. (Crédit-photos : Ralph Lauren Fragrances). 

     

    Pin it! Catégories : Les égéries, Les parfums, Nos amis les hommes, Tout nouveau tout chaud
  • Miss Belgique : "Dans 10 ans, j'espère que j'aurai rencontré mon prince"

    chien.jpg

    Son règne aura été celui de la polémique mais Laurence Langen, Miss Belgique 2014, s’en moque. Elle prend son rôle très à cœur et se sent bien dans sa peau. Ambassadrice de notre pays, elle a reçu de nombreux témoignages de soutien qui l’ont rassurée et qui lui ont donné, plus que jamais, l’envie de jouer son rôle à 200%. Toujours entre deux shootings ou défilés, la belle nous a accordé son interview, quelques jours à peine après être rentrée de Tunisie où elle a participé au jury de Miss Tunisie mais aussi où elle a fêté ses 20 printemps… L’occasion de revenir sur cette polémique et sur les projets de la jolie blonde.

    Laurence, quelques jours après votre règne, on a beaucoup parlé du concours Miss Belgique, en des termes pas toujours très élogieux. Aujourd’hui, avec le recul, comment vous sentez-vous dans votre peau de Miss Belgique?

    Je suis très contente d’être Miss Belgique. C’était mon rêve qui est devenu réalité! J’étais étudiante en droit à Bruxelles, j’avais un kot à Louvain et, du jour au lendemain, ma vie a changé. Aujourd’hui, je fais plein de shooting, des défilés, des actes de présence et je fais surtout beaucoup de rencontres. C’est génial.

    Comment avez-vous vécu la polémique d'il y a quelques mois?

    J’ai un agenda bien rempli Je n’ai donc pas eu le temps de m’occuper de tout cela. Et puis, personnellement, je n’ai eu que des réactions positives : plein de messages sur Facebook, des mails, des sms… Notre bourgmestre m’a envoyé des fleurs à mon domicile et même le Roi Philippe m’a félicitée lors de notre rencontre au salon de l’auto, sur le stand de Peugeot.

    Pensez-vous déjà à l’après Miss Belgique ? Comment le voyez-vous?

    J’aimerais reprendre mes études et combiner cela avec des séances-photos, des défilés…

    C’est difficile de bâtir une carrière sur la beauté. Où vous voyez-vous dans 10 ans?

    C’est une question très difficile. J’espère avoir terminé mes études, avoir un travail qui me plaît, peut-être avoir rencontré mon prince charmant et peut-être même être maman. J’espère en tout cas être en bonne santé et aussi heureuse qu’aujourd’hui.

    Pensez-vous reprendre des études après votre année de Miss Belgique?

    Oui, mes études sont très importantes pour moi. Je veux les reprendre l’année prochaine et obtenir mon diplôme dans quelques années.

    Comme d’autres Miss avant vous, est-ce qu’une carrière à la TV vous intéresse?

    Oui, bien sûr, j’aimerais beaucoup travailler pour la télé, présenter une émission et qui sait, peut-être présenter l’élection de Miss Belgique dans le futur ?

    Avez-vous l’impression en tant que Miss Belgique de participer à l’unité de la Belgique?

    Evidemment, je représente mon pays. Je travaille aussi bien en Flandre qu’en Wallonie. Je m’investis pour de bonnes causes comme la Croix-Rouge et le Télévie, en Wallonie, ou pour het Rode Kruis et Kom op Tegen Kanker, en Flandre.

    Vous avez un petit ami ?

    Non, je suis célibataire…

     

     

    Son profil

    Laurence est née à Genk,  le 7 avril 1994. Elle vient donc de fêter ses 20 ans.

    Elle est fille unique. Sa maman, Marie, est secrétaire médicale et son papa, Antonius, est indépendant.

    Laurence a fait des études d’économie à Genk. Avant de se lancer dans l’aventure Miss Belgique, elle étudiait le droit à Bruxelles et avait un kot à Louvain.

    Actuellement, elle loge de temps en temps dans la maison Miss Belgique à Bruxelles sinon elle rentre dormir chez ses parents à Genk.

    Elle a un chien, Brutus, un bouledogue américain.

     

    Sa photo préférée

    « J’ai cru longtemps que Saint-Nicolas existait. C’était mon héros. Chaque année, on fêtait avec toute la famille la « fête de Saint-Nicolas ». J’ai mis chaque année mon soulier sur la cheminée en espérant que Saint-Nicolas ou le père Fouettard y pose un cadeau. J’ai fait ça jusqu’à mes dix ans ».

     

    Ses passions

    « A l’âge de quatre ans, j’ai commencé à faire du ballet. Je m’entraînais trois fois par semaine. C’était très dur parce que je faisais aussi du cheval. A un moment donné, c’est devenu plus difficile à l’école et je ne pouvais plus combiner mes hobbys avec l’école. J’avais des difficultés à choisir entre ces deux hobbys, mais j’aimais le cheval plus que le ballet. De plus, je ne voulais pas vendre mon cheval donc j’ai choisi mon cheval ».

    « J’ai commencé à faire du cheval quand j’avais sept ans. Autrefois, je voulais devenir vétérinaire. J’aime beaucoup les animaux. Maintenant, je n’ai plus qu’un chien mais par le passé j’avais plusieurs chevaux. J’ai aussi suivi des cours de dessin. Un jour, alors que j’étais encore petite, j’ai été jalouse parce que le dessin de mon prof était plus joli que le mien. Alors, j’ai déchiré son dessin. Ma grand-mère est une artiste et parfois je dessine avec elle ».

    Saint Nicolas.png

     

    Son portrait

    Quand on demande à Laurence ses qualités, elle répond sans hésiter : « entreprenante, sociable et déterminée ». Par contre, la jeune femme se dit trop perfectionniste, « parfois pas assez sûre de moi ». Ce qu’elle aime chez elle, ce sont ses yeux. Ce qu’elle aime le moins ? Ses pieds. Son physique de rêve, elle le doit à la nature mais aussi à quelques efforts. « J’ai un coach personnel chez HealthCity. Je fais aussi du ski et de l’équitation », nous confie-t-elle. « Mon coach personnel me donne des conseils de nutrition. Je ne fais pas vraiment régime mais j’essaye quand même de manger sainement. Et j’essaye de boire 1 litre d’eau par jour même si ce n’est pas facile ». Quand elle a un peu de temps libre, elle aime aller manger avec des amis et voir sa famille. Elle avoue adorer aller au resto. Musicalement parlant, la miss apprécie la musique commerciale et la house.

     

    Sur le canapé

    Sa devise? Toujours croire en soi.

    Son plat préféré? Les moules frites.

    Ses vacances idéales? Le soleil, la plage et en bonne compagnie.

    Ses animaux? Un chien, Brutus, un bouledogue américain.

    Sa voiture? Une magnifique Peugeot 208 XY.

    Son objet préféré ? Mon gsm : même en vacances je n’arrive pas à m’en passer !

     

    Et si….

    … si elle était un homme, « je serais Stromae car il a déjà fait un très beau parcours et il est aussi connu Flandre qu’en Wallonie ».

    … si elle était un des 7 nains de Blanche-Neige : « Joyeux, sans hésiter. J’ai le sourire tous les jours et j’aime m’amuser ».

    … si elle avait dû exercer un autre métier : « Je ne sais pas encore ce que je ferais plus tard mais j’espère trouver un travail qui me plaît. Le travail le plus important que ferai, je pense, c’est d’être une bonne maman ».

    … si elle avait une baguette magique : « Je donnerais une bonne santé à tout le monde »

    … s’il y a une question qu’elle n’a pas envie qu’on lui pose, ce serait : « celle-ci… ».

     

    (Crédit-photo pour la photo en tête d'article : Kevin Swijsen).

    Pin it!