• Un vent de légèreté chez SeeByChloé

    SeeByChloé Eau Fraiche 4.jpg

    Un vent de légèreté va flotter dans l’air grâce à SeeByChloé qui présente son eau fraîche, une nouvelle fragrance qui évoque la fraîcheur d’une fleur tout juste éclose.  Ce floral frais fait la part belle à la jacinthe d’eau mais aussi à la fleur de pommier et au jasmin. Quant au flacon aux couleurs tendres, il joue sur la transparence pour révéler subtilement l’eau.


    SeeByChloé eau fraîche collection : 

    eau de toilette 30 ml, 47,72 euros

    eau de toilette 50 ml, 63,28 euros

    eau de toilette 75 ml, 77,72 euros

     

    Il s’agit du prix de vente conseillé.

     

    SeeByChloé eau fraîche sera en vente à partir de fin février dans les parfumeries et grands magasins agréés Chloé parfums. (Crédit-photo : SeeByChloé). 

     

    Pin it! Catégories : Les parfums, Tout nouveau tout chaud
  • Alicia Keys : "Chacun a droit à une chance dans la vie"

    Kiehl's 17.jpg

    La chanteuse américaine s’associe à la marque new-yorkaise de cosmétiques Kiehl’s pour apporter un traitement, des soins et du soutien aux enfants et familles touchés par le sida en Inde et en Afrique. Il apparaît en effet que 72% des enfants qui ont besoin de soins contre le sida n’y ont pas accès. Une injustice que la chanteuse entend réparer, à son niveau. L’occasion pour nous d’interroger la belle sur son engagement humanitaire mais aussi sur son enfance et sur ce que la maternité a changé en elle.

    Pouvez-vous nous parler de votre association et de ce qui vous a inspiré dans son action ?

    La mission de « Keep a Child Alive » est d’apporter des soins aux enfants et familles touchés par le sida en Inde et en Afrique et qui ne pourraient pas se payer ces soins. Nous aidons des ONG qui sont sur le terrain et qui connaissent les zones touchées mais aussi les besoins des populations sur place. Nous les aidons à toucher encore plus de gens. Ce qui m’a séduit ? Nous méritons tous une chance dans la vie et nous méritons tous une chance de pouvoir rêver. Nous méritons cette chance quel que soit l’endroit où on vit ou notre situation économique mais aussi que l’on soit ou pas porteur du virus du sida. Nous méritons la vie. C’est cela qui m’inspire parce que je sais que ce traitement permet vraiment d’être en vie et qu’il aide des enfants à qui on ne promettait pas de vivre au-delà de 2 ans sans traitement d’avoir une vie formidable et incroyable.

    Comment s’est fait le partenariat avec Kiehl’s ?

    Je suis très heureuse de ce partenariat avec Kiehl’s qui offre 100% des recettes de l’édition spéciale de leur produit « Midnight Recovery Concentrate to Keep a Child Alive », ce qui est incroyable. (NDLR : cet élixir qui répare la peau pendant la nuit est un des best-sellers de la marque : il s’en vend un chaque minute dans le monde et cette édition est actuellement en magasin). C’est une marque incroyable car ils s’impliquent et soutiennent des causes dans le monde, en particulier des causes qui touchent au sida. Pour être honnête, on n’aurait pas pu être mieux ensemble ! 

    Kiehl's 1.jpg

    Vous appréciez cette marque ?

    J’adore. Je suis une fanatique des baumes pour les lèvres, je les utilise tout le temps. Ils font partie de mes produits préférés.

    Quand vous étiez enfant, quels étaient vos rêves et vos envies et comment ont-ils/elles évolué ? 

    Quand j’étais plus jeune, mon rêve était de devenir artiste et musicienne, en particulier quelqu’un qui écrit de la musique et des chansons à propos du monde ou des gens. C’est cela que je voulais faire. Chaque jour, j’apprends quelque chose de nouveau et je réalise qu’il y a tellement de choses que j’ai envie de faire.  Aujourd’hui, je veux juste continuer à partager et être capable d’encourager les gens comme ils m’encouragent.

    Comment est-ce que votre statut de maman influe sur votre travail au sein de l’association ?

    Evidemment, être maman influence réellement ce que je fais dans l’association Keep A Child Alive. D’abord, parce que j’ai toujours beaucoup d’empathie face aux situations et aussi en offrant les traitements aux gens qui méritent de vivre. Chacun a le droit de vivre. La première fois que j’ai rencontré ces jeunes, je devais avoir 20 ans et eux 18, 17 ou 16 ans. Ils voyaient leurs proches mourir parce qu’ils n’avaient pas accès aux soins qui auraient pu les maintenir en vie. J’étais si secouée de raconter ces histoires : comment cela pouvait-il exister ? Aujourd’hui que je suis maman, cela raisonne encore plus en moi car ces enfants sont livrés à eux-mêmes. Ils deviennent parfois responsables de leur famille : ils ont 15 ans et leurs petits frères et sœurs ont 9, 7 ou même 3 ans. Ils doivent veiller à leur éducation, à les habiller… En tant que maman, ça me parle. 

    Kiehl's 2.jpg

    Quelle est la chose la plus importante que vous a apporté la maternité ? (NDLR : elle a un fils).

    Un nouveau regard sur la vie, je pense. J’ai un meilleur équilibre dans ma vie. C’est mieux pour moi d’avoir ça dans ma vie plutôt que de courir après des choses bonnes pour ma carrière musicale. J’ai une vie qui laisse de la place à ma vie familiale, à mon fils mais aussi à la créativité artistique. Cet équilibre est important pour moi. Je suis plus créative comme ça. Tout ça n’a pas de prix.

    Quel est votre secret pour être et avoir l’air si belle ?

    Etre heureuse. Quand des choses ne vont pas, je fais en sorte de les résoudre ou de les éliminer. Ce n’est pas toujours facile. Parfois, c’est plus facile de ne pas voir les choses et de les ignorer. J’aime aussi prier, c’est important pour moi. La méditation est également importante. Elle prend même une place de plus en plus importante dans la vie et ça me va bien.

     

                                             L.B. (Crédit-photos : Kiehl's). 

    Depuis 2003, elle s’engage pour les enfants malades

    Chanteuse, compositrice et productrice, Alicia Keys a déjà été couronnée 14 fois par les Grammies. Elle a sorti son très attendu cinquième album studio, « Girl on Fire » en 2012 et  a collaboré avec des talents confirmés dont Babyface, Maxwell et Bruno Mars, le producteur et visionnaire Swizz Beatz, le célèbre auteur et chanteur Jeff Bhasker, les artistes acclamés par la critique Gary Clarke Jr. et Frank Ocean. L’album est arrivé n°1 du Billboard Top 200. Non seulement meilleure vente des albums R&B aux États-Unis, « Girl on Fire » s’est hissé à la première place du hit-parade des albums iTunes dans 19 pays. Philanthrope dévouée et influente, Alicia Keys a cofondé Keep a Child Alive (KCA) en 2003 « parce que chaque personne a le droit à des soins de santé et mérite un avenir ». L’association a fourni des services à plus de 300.000 enfants et familles et soutient actuellement neuf partenaires novateurs et communautaires au Kenya, au Rwanda, en Afrique du Sud, en Ouganda et en Inde.

    De son côté, l’ambassadrice internationale utilise sa voix pour réveiller les consciences, inciter les individus à entreprendre des actions et rassembler des ressources afin de lutter globalement contre le HIV.

    Kiehl's 16.jpg

     

     

    Pin it! Catégories : Les égéries, Les soins, Tout nouveau tout chaud
  • Une nouveauté minceur signée Puressentiel

    FEMME HUILE SECHE MINCEUR DEF.jpg

    Pour être au top cet été, Puressentiel lance un coffre alliant l'efficacité de son Huile Sèche Minceur (et ses 18 huiles essentielles)  et l'action du palper-rouler grâce à une ventouse brevetée qui reproduit cette action de succion et aspiration. Le coffret comprend 2 Huiles Sèches Minceur (100 ml) et la ventouse Celluli VAC. Prix conseillé : 49,95 euros, disponible dès la fin de ce mois en pharmacies. (Crédit-photos : Puressentiel). 

    Puressentiel Coffret Minceur - copie.jpg

    Pin it! Catégories : Les soins, Mince alors !, Tout nouveau tout chaud
  • Shooting de charme pour la Saint-Valentin

    securedownload-1.jpeg

    Ce mercredi, Missitems.be organise la quatrième édition de son grand shooting de Saint-Valentin. Une quinzaine de filles, venant du monde des Miss & modèles belges, poseront en lingerie glamour et en robe de mariée. 

    Parmi les filles, 8 francophones :  

    - Ex-finaliste de Miss Liège pour MB 2012 Lauranne Demesmaeker  (Kraainem - BRUXELLES)          

    - Miss Élégance Bélux 2013 Best Personality Klaudia Krynska (Forest - BRUXELLES)

    - Miss Namur pour MB 2013 + 1e Dauphine de Miss Belgique 2013 + 2e Dauphine de Miss United Continents 2013 Shérine Dandoy  (Sclayn - NAMUR)

    - Miss Namur pour MB 2014 Pamela Jeanmart  (Sambreville - NAMUR)

    - 1e Dauphine de Miss Liège pour MB 2013 Charlotte Verjans (Oreye - LIEGE)

    - Lauréate Top Model Belgium 2010 Junior Girls Mannequin + 1e Dauphine de Miss Hainaut pour MB 2014 - Finaliste de Miss Belgique 2014 Camille Roger (Quévy – HAINAUT)

    - Lauréate Top Model Belgium 2013 Junior Girls Mannequin Laura Dupont (Châtelineau - HAINAUT)

    - 1e Dauphine de Miss Luxembourg pour MB 2014 Claudia Renard (Marche-en-Famenne - LUXEMBOURG)

     

    On notera aussi la présence de la ravissante hollandaise Nathalie den Dekker (1e Dauphine de Miss International 2013) qui posera dans une robe de coeurs, spécialement faite pour le shooting de Saint-Valentin. 

    securedownload.jpeg

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Un deuxième sponsor de Miss Belgique se retire

    Lotte Feyen.jpg

    Après la marque d’accessoires Noir & Blanc qui a annoncé lundi son intention de rompre son contrat avec le comité Miss Belgique, on apprend que la société Magic White, spécialisée dans le blanchiment dentaire, a, elle aussi, décidé de mettre un terme au sponsoring qui la lie à Miss Belgique. En cause ? Les récentes révélations sur les dessous du concours.

    « Le fait de s'associer à une organisation ou une autre marque est pour nous l’opportunité de gagner en image. Afin de garder notre sérieux et prouver notre professionnalisme, nous avons pris la décision de suspendre la collaboration avec le comité Miss Belgique qui a perdu toute crédibilité aux yeux du public. Nous ne pouvons qu'espérer que la lumière soit faite sur cette histoire et qu'il y ait plus de transparence à l'avenir », précise le CEO de l’entreprise, Keo Vinyou. Plus cocasse, ce n’était pas Laurence Langen, Miss Belgique 2014, que la marque avait choisie comme égérie mais bien une des finalistes. « Nous avions décidé de choisir quelqu'un qui correspondrait à notre image à l'international. Notre choix s'est posé sur Lotte Feyen », ajoute le patron.

    Voilà donc un nouveau coup dur pour le comité qui a, de son côté, expliqué qu'il conservait la confiance d'autres sponsors et qu'il devrait même bientôt annoncer un nouveau gros contrat.

     

                                                                                     L.B. (Crédit-photo : Pierre Panitar). 

     

     

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Miss Belgique perd un de ses plus gros sponsors

    1452257_544120569014057_1671190793_n.jpg

    La polémique des derniers jours autour du concours Miss Belgique semble avoir eu raison de la collaboration qui liait le comité Miss Belgique à un de ses gros sponsors, à savoir la société Noir & Blanc, fournisseur d’accessoires (écharpes, ceintures, sacs…). « Nous avons décidé de mettre fin à notre contrat », nous confie Inge Van Herck, administrateur-délégué de la société belge, installée à Gand. « Nous sommes en plein dans la collection de l’hiver prochain. Nous fournissons environ 120 boutiques qui distribuent notre marque et à chaque client qui vient acheter sa collection, nous devons nous expliquer sur la polémique des derniers jours. Quand nous nous sommes associés à Miss Belgique, fin 2012, nous espérions que ça allait donner de la notoriété à notre produit. Ce n’est plus le cas. Que du contraire. On associe désormais le négatif autour de Miss Belgique à notre produit », ajoute-t-elle. 

    D’après ce qu’elle nous explique, elle a cherché une explication auprès du comité. « Nous avons sollicité un entretien mais nous n’avons pas eu de réponse ». Peut-on briser comme ça un contrat de 3 ans ? « Notre image est sabotée. C’est, à mon avis, une raison correcte pour stopper notre collaboration », ajoute Inge Van Herck qui épingle également la perte de glamour du concours. « On est passé de Knokke à Plopsaland. Nos clients se moquent de nous ». Enfin, notons que c’est un fameux coup dur pour Miss Belgique puisque Noir & Blanc était un gros sponsor (Diamond Sponsor) qui investissait, chaque année, entre 25.000 et 30.000 euros dans le concours.

     

                                                                                   E.D.

    Pin it! Catégories : Fashion, Tout nouveau tout chaud
  • Bixente Lizarazu : "Ma décision d'arrêter le foot a été une souffrance"

    Biotherm 11.jpg

    La marque de soins Biotherm Homme s’offre une nouvelle égérie de choc en la personne de Bixente Lizarazu, l’ancien joueur de foot français, reconverti en consultant sportif et amoureux de la mer.

    Ce choix s’explique par plusieurs éléments : le charismatique joueur est un des commentateurs sportifs parmi les plus connus dans l’hexagone, il a fait partie de la Dream Team qui a gagné la Coupe du Monde en 1998 et il a notamment été élu « Homme de l’Année » par le magazine GQ en 2011. A 43 ans, il est toujours physiquement au top. « Son charisme, son énergie et son style incarnent parfaitement les valeurs de Biotherm Homme », explique, à son sujet, Patrick Kullenberg, directeur général de Biotherm International. « Nous sommes fiers de collaborer avec un sportif aussi inspirant et avec un tel amoureux de la mer », ajoute-t-il.

    Le sportif apparaît, depuis début de cette année, dans la nouvelle campagne de Biotherm. L’occasion pour nous de l’interroger sur l’arrêt de sa carrière de footballeur, ses plus grandes joies mais aussi ses projets professionnels.

    Bixente, quand vous étiez jeune, vous rêviez de faire quoi ?

    Je rêvais de faire du sport mon métier : je rêvais d’être footballeur, tennisman, surfeur ou même professeur de sport. Mais la pratique me plait davantage que l’enseignement. J’ai besoin d’adrénaline et de sensations. Et puis, il faut que je transpire... 

    Biotherm Aquapower - copie.jpg

    Comment êtes-vous devenu footballeur ?

    Mes copains jouaient au football dans la cour et j’aimais ça. Rapidement, je me suis rendu compte que j’avais une aptitude particulière pour ce sport. Mais le chemin a été très long et les choses sérieuses ont commencé au centre de formation des girondins.

    Vous avez remporté la Coupe du Monde de 1998 avec l’équipe de France. Quel fut votre plus beau souvenir ?

    Il y a eu 2 moments forts : l’entrainement du matin à Clairefontaine avec toute l’équipe et puis lorsque nous sommes montés à la tribune pour récupérer la coupe. J’ai croisé mon père et c’était très émouvant. Gagner la Coupe du Monde fut sans doute l’expérience la plus importante de ma vie. C’est l’objectif ultime d’un footballeur et on l’a fait en France.

    Et votre plus grande défaite ?

    La défaite fait partie du quotidien du sportif. Elle est même indispensable dans une carrière car elle peut devenir un acte fondateur. Par exemple, la non qualification à la Coupe du Monde 1994 aux USA nous a probablement aidé à gagner en 1998. C’est à la fin que tu fais le bilan et seuls les titres que tu as gagnés restent. Quand tu as eu cette chance...

    Votre carrière de footballeur professionnel est à présent terminée. Comment avez-vous pris la décision d’arrêter ?

    Cette décision n’a pas été facile à prendre, c’était une souffrance. Je ne supportais plus la routine de ce métier, les mises au vert, la vie en communauté. J’étais lassé mais, en même temps, l’idée de ne plus faire de compétitions et de sport de haut niveau m’était difficile.

    Sportif de haut niveau, commentateur sportif, animateur radio : vous avez une carrière riche. Quelles sont les clés de la réussite ?

    Les mêmes principes que dans le sport. Travailler, être passionné par ce que l’on fait. Ecouter les bons conseils... La récompense arrive toujours après beaucoup de travail.

    Quels sont vos futurs projets ?

    Développer un projet de séries documentaires qui s’appelle « Frères de sport ». J’ai terminé le 1er épisode à Tahiti sur Raimana Van Bastolaer, un surfeur de grosses vagues vivant à Teahupoo où se trouve la vague la plus dangereuse du monde. Il vient d’être diffusé sur Eurosport. Je prépare maintenant le second.

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photos : Biotherm). 

    -------------------------------------------------------------

    « Je prends encore soin de mon corps » 

    Biotherm 14.jpg

     

    S’il a arrêté sa carrière de footballeur, Bixente n’a pas pour autant stoppé le sport. Surf, voile ou plongée, c’est désormais dans l’eau qu’il trouve son épanouissement.

    Quels sont vos secrets de sportif pour avoir une bonne hygiène de vie ?

    Je n’ai pas de secret particulier. J’essaye de faire preuve de bon sens et d’équilibre. Je n’ai pas de régime alimentaire extrême comme certains athlètes et je prends juste soin de mon corps sur la base de 3 principes d’entrainement fondamentaux (le cardio, le gainage, la souplesse).

    Quand on fait du sport, il ne faut pas faire n’importe quoi. Il y a une discipline de pratique. Il faut, par exemple, s’échauffer avant de commencer et, à la fin, s’étirer pour redonner aux muscles de la souplesse. Il faut aussi être à l’écoute de son corps, savoir gérer son énergie, se reposer parfois quand c’est nécessaire.

    Biotherm 12.jpg

    Quels sont vos secrets pour évacuer le stress ?

    Le sport et, plus particulièrement, les sports d’eau me permettent de m’apaiser, de remettre les compteurs à 0 : le surf, la voile, la plongée. 

    Vous aimez défier les vagues dès que vous en avez  l’occasion. Comment avez-vous appris à surfer ?

    J’ai appris à surfer grâce à mon père. C’est lui qui m’a offert ma première planche en me disant qu’elle venait d’Hawaï alors qu’elle venait d’Hendaye, ma ville natale !

    Quelles sensations le surf vous procure-t-il ?

    La glisse, la vitesse, la paix... La particularité du surf est qu’il faut garder l’équilibre sur une surface qui est complètement instable et en mouvement. C’est une quête perpétuelle d’équilibre. Finalement, le surf est un peu comme l’apprentissage de la vie. 

    Biotherm 15.jpg

    Vous pratiquez également le jiu-jitsu. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce sport ?

    J’aime la discipline, le combat, le corps à corps, la réflexion tactique. La spécificité de ce sport est qu’il faut être capable d’utiliser l’énergie de l’autre pour l’emmener là où tu veux. Avec le jiu-jitsu, comme avec d’autres sports, j’en tire des principes de vie.

    ------------------------------------------------------------

    « Pour me définir ? Passion et détermination »

    Vous venez de devenir ambassadeur de Biotherm Homme. Vous avez déjà vos produits préférés ?

    J’utilise Biotherm Homme depuis de nombreuses années, je suis notamment un inconditionnel du soin hydratant Aquapower. Je suis tout le temps au contact des éléments, soit en mer, soit en montagne. Donc, après une journée d’activités, c’est très agréable d’hydrater sa peau pour éviter qu’elle tire. Et puis, c’est frais et agréable. Et, comme je suis souvent exposé au soleil, je me protège avec UV Defense. 

    Biotherm 2.jpg

    En tant qu’homme, vous ne considérez pas que les produits de soins ne sont destinés qu’aux femmes ?

    Les mentalités ont beaucoup évolué. Aujourd’hui, les hommes n’ont plus honte de mettre de la crème, notre peau en a également besoin. Ce qui n’est pas spécifique aux filles.

    Si vous deviez choisir 3 mots qui vous représentent, lesquels choisiriez-vous ?

    Passion, détermination, curiosité.

    Quel est votre plus grand défaut ?

    L’impatience. Je n’aime pas perdre mon temps ou tourner en rond, j’aime quand ça va vite, j’aime les choses efficaces : j’ai dû passer trop de temps en Allemagne !

    Si vous aviez une devise, quelle serait-elle ?

    Homme libre, toujours tu chériras la mer.

    Vous vous voyez où dans 10 ans ?


    Je me vois au Pays Basque au bord de l’eau, face à la mer avec toute ma famille à mes côtés.

     

    ---------------------------------------------------

    Pin it! Catégories : Les égéries, Nos amis les hommes, Tout nouveau tout chaud
  • Miss Belgique : des finalistes vont demander un dédommagement

    Coralie Anissa et Morgane © Kevin Swijsen.jpg

    Le concours Miss Belgique n’en finit pas de faire parler de lui. Une sixième candidate, francophone, est venue se joindre aux 5 filles qui avaient déjà consulté une avocate, à Gand. Elles pourraient réclamer l’annulation de leur contrat et des dédommagements.

    Coralie Porrovecchio, 18 ans, de Dilbeek (à gauche sur la photo de K. Swijsen) est la première finaliste francophone qui s’apprêterait à consulter, elle aussi, un avocat,  après avoir vu 5 finalistes néerlandophones demander les conseils de Me Liesbeth Van der Gucht, avocate à Gand. Voilà donc 6 des 24 candidates de cette édition 2014 de Miss Belgique qui ont décidé de réclamer à Darline Devos, la présidente du comité, un peu plus de transparence sur les votes de cette fameuse soirée du 11 janvier dernier.  

    Ce qui n’a pas plu aux filles, c’est le manque d’informations relatives aux votes sms. On le sait, ces votes comptaient pour 33% dans les points finaux des finalistes. Quelques jours avant la finale, les filles avaient dû signer,  dans l’urgence et sans recevoir un exemplaire du contrat pour elles, un document stipulant qu’elles ne réclameraient pas les comptes des votes sms. De plus, on leur annonçait alors qu’elles ne connaîtraient que fin décembre le pourcentage que représentaient les points des votes sms, le vote du jury et celui de la présidente.  Or, pour leur avocate, « ce n’est pas normal qu’on lie des candidates par un contrat disant que par la signature de la présente convention, elles acceptent des conditions qui leur seront communiquées plus tard ».

    Il est donc tout à fait possible que l’avocate gantoise réclame, pour ses clientes, des dédommagements pour cette erreur. Combien ? Il est encore trop tôt pour le dire. Une proposition à l’amiable pourrait être faite au comité, à moins que ne lui soient réclamées les sommes véritablement engagées par les finalistes. Quand on sait que le papa d’une des candidates a confié avoir « investi » entre 6.000 et 9.000 euros pour que sa fille participe à cette élection, on se dit que l’addition pourrait être salée pour Darline Devos.

    Me Misson dans l’affaire ?

    Notons que Me Van der Gucht n’a pas encore été mandatée officiellement pour représenter certaines filles. Des premiers contacts ont été pris en ce sens mais une réunion est programmée avec les finalistes pour voir dans quelle mesure elles décident ou non d’aller plus loin, voire de pousser l’affaire en justice.

    Enfin, Me Van der Gucht pourrait éventuellement s’appuyer sur les conseils de Me Luc Misson, un avocat liégeois bien connu pour avoir géré (et gagné) des dossiers réputés difficiles et qui avait déjà été le conseil d’une finaliste d’une autre édition du concours. « Si une des candidates francophone souhaite consulter un avocat plus près de chez elle, il va de soi que je penserai à mon confrère Me Misson pour une collaboration dans ce dossier » dit l’avocate.

     

                                                                                   E.D. 

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Le Comité Miss Belgique garde (pour le moment) le soutien de ses sponsors

    P1030939.JPG

    Même si les sponsors de prestige manquent un peu à l’appel, le comité Miss Belgique peut encore compter sur le soutien de plusieurs partenaires comme Peugeot. « Cela fait 20 ans que nous sommes partenaires », explique Wim Doms, directeur de la communication de Peugeot. « Comme chaque année, après le Salon de l’Auto, nous ferons l’évaluation de cette édition de l’élection ». Est-ce que la polémique sera évoquée ? « Oui, on discute ouvertement de tout. Chaque partie est à l’écoute de l’autre et on suivra comment le dossier évolue, c’est clair », ajoute-t-il. Notons qu’il serait dommage pour le comité de perdre ce sponsor qui amène quand même le gros lot, à savoir une Peugeot, une 208 XY cette année d’une valeur catalogue d’environ 20.000 euros.

    Autre sponsor, Erik Schroeven qui représente les bikinis Sapph ainsi que les sportwears Key-Cy. « C’est la deuxième année que je suis sponsor et je compte continuer avec le comité Miss Belgique car cela m’apporte de la notoriété. J’espère aussi que le comité va continuer son travail malgré ce que fait la presse actuellement », confie-t-il. Enfin, même son de cloche du côté de l’hôtel Hasdrubal Prestige de Djerba (photo) qui avait accueilli les finalistes en octobre. « Il n’y a pas de décision à prendre pour nous pour le moment », confirme Mohamed Ali Jlaiel, directeur de cet établissement. « J’ai déjà travaillé avec les Miss France et Suisse également et je peux dire que j’ai trouvé le comité belge très correct ».  Un soutien qui ravira certainement Darline Devos, la présidente du comité Miss Belgique, que nous avons vainement tenté de joindre sans succès.

     

                                                                            L.B.

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud