• Miss Belgique? "Une vaste manipulation", pour Me Misson

    Jetski  © Kevin Swijsen (21).JPG

    Le célèbre avocat liégeois Luc Misson a été conseil d’une ancienne finaliste de Miss Belgique. Pour lui, loyauté, transparence et objectivité devraient être les maîtres-mots dans ce genre de concours. Cela ne semble pas être le cas, d’autant que le système de comptage des points n’a été expliqué aux filles que… 4 jours avant la finale.

    La polémique sur l’élection de Miss Belgique continue à faire rage. Me Liesbeth Van der Gucht, avocate à Gand, défend 5 finalistes de cette année (dont Hajer Godefroot, 22 ans, de Gand) et a pris contact avec son confrère liégeois, Luc Misson, qui avait en son temps, défendu une candidate déçue, Lara Binet. L’avocat liégeois est connu pour son franc-parler mais aussi pour ses gros dossiers médiatiques comme l’affaire Bosman dans le milieu du foot ou encore la défense des riverains de l’aéroport de Liège dans l’affaire des vols de nuit. Cette nouvelle polémique lui rappelle des souvenirs. « Ce concours m’avait donné l’impression d’une vaste manipulation. En tant que spécialiste du droit du sport, je sais à quel point un concours, c’est toujours quelque chose d’important : de jeunes personnes engagent leur ego. Comme dans le sport, il faut être clair dans le règlement dès le départ », nous confie-t-il. « Cela me laisse l’impression d’une énorme machine à faire tomber de l’argent dans les caisses alors que ce genre de concours devrait prôner des valeurs comme la loyauté, la transparence et l’objectivité ». Alors, partant pour défendre des finalistes déçues ? « Si on me l’avait demandé, j’aurais été partant dans ce dossier mais je pense qu’il est actuellement dans les mains d’une excellente avocate », ajoute-t-il.

    De son côté Me Van der Gucht poursuit son examen du dossier pour le compte de 5 candidates. Un nouveau document a fait son apparition : un document confidentiel que les 24 finalistes ont été amenées à signer, le 13 octobre dernier, et qui stipule « que le comité a le droit d’adapter le système des points comme il veut d’ici au 31 décembre ». En bref, pour combien de pourcents comptent les votes sms, le vote du jury et celui de la présidente, elles ne l’ont finalement appris que 4 jours avant la finale. Ce qui peut faire penser que ça laissait tout le temps au comité de mettre en place le système qui l’arrangeait le mieux, peut-être pour pouvoir faire gagner sa favorite.

    Sans compter que toute fille engagée dans l’aventure qui aurait eu envie de se retirer avant la finale devait s’acquitter d’une astreinte de 5.000 euros. Un fameux montant qui a, semble-t-il, été doublé depuis 2011. « Ils gagnent sur tout », explique Me Van der Gucht. « Quand je vois que les filles doivent payer entre 1.000 et 2.000 euros pour des flyers et qu’elles y sont obligées, je me dis qu’elles ne peuvent vraiment rien dire », ajoute-t-elle. (Crédit-photos : K. Swijsen). 

     

                                                                                                       E.D.

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Miss Belgique, la machine à fric...

    Groupe crédit kevin Swijsen.jpg

    Il y a bien évidemment une structure financière derrière Miss Belgique, à savoir une SPRL créée sous le nom « Comité MB », installée à Berchem-Ste-Agathe.  Nous avons pu accéder à ses comptes qui nous apprennent tout d’abord qu’en ce qui concerne les « terrains et constructions », un montant de 453.000 euros environ est repris. Il s’agit, on l’imagine, de la fameuse maison de Miss Belgique en région bruxelloise. « C’est la valeur de la maison sur le plan comptable mais elle vaut sans doute plus commercialement », nous explique un comptable.

    Dans ces comptes, pas de trace du chiffre d’affaires global. « Mais l’entreprise n’est pas tenue de le mentionner », ajoute encore ce comptable, précisant que « le baromètre de santé de cette société, basé sur les chiffres déposés à la Banque Nationale,  est légèrement négatif même s’il n’y a pas d’alerte particulière comme des dettes à l’ONSS, par exemple ». On note cependant un bénéfice d’exploitation qui chute au fil des ans : il affiche 8.670 euros en 2010, un négatif de 102.000 euros un an plus tard et  un bénéfice de 6.000 euros en 2012 mais on remarque que ce bénéfice est dû au fait que la Comité a reçu, cette année-là, un « produit exceptionnel » d’environ 30.000 euros. Il peut, par exemple, s’agir d’une indemnité suite à un sinistre. Sans cela, les comptes auraient de nouveau affiché des pertes (-24.000 euros).

    Pourtant, on ne peut pas dire que l’argent ne rentre pas dans les caisses du Comité. Ainsi, les finalistes du concours dépensent chacune plusieurs milliers d’euros pour participer à la finale. Elles doivent, par exemple, faire imprimer des flyers ou des affiches invitant à voter pour elles. Qui imprime cela ? Le comité, évidemment. Quant aux filles, elles doivent trouver le sponsor qui les paiera. « 1.100 euro pour les flyers, 1.100 pour les affiches, il va de soi que si tu n'as pas de trouvé de sponsor, tu peux oublier tes chances auprès du comité », nous confie une finaliste qui a, par ailleurs, dû investir 50 euros dans un bikini de la marque d’un des sponsors. « Le Comité reçoit les maillots d’un sponsor et les revend aux filles qui sont obligées d’en acheter un pour les défilés et les shootings », explique une source proche du comité. Sans oublier l’argent que les finalistes dépensent pour le carburant : elles sont en effet obligées de se rendre à de nombreuses manifestations (cours de maquillage…), par leurs propres moyens, ce qui représente, en quelques mois, plusieurs milliers de kilomètres. Bref, vouloir être Miss Belgique, ça coûte cher !

    Quant à la Miss proprement dite, elle rapporte aussi son lot d’argent. « J’avais demandé à avoir Miss Belgique pour un shooting avec des vêtements de ma marque, pendant 3h environ. On me demandait 1.500 euros. J’ai pu négocier à environ 800 euros hors TVA », nous a confié un styliste. Notons que Miss Belgique gagne, elle, un (mini) salaire d’environ 1.000 euros nets par mois auxquels s’ajoutent des cadeaux comme des vêtements, une carte essence, un abonnement fitness ou des séances chez le coiffeur.

     

                                                                                     E.D. (Crédit-photo : K. Swijsen). 

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Qui peut sauver Miss Belgique ?

    Groepsfoto © Kevin Swijsen (3).jpg

    L’élection de Laurence Langen a provoqué un tonnerre de réactions. Il est vrai que personne ne l’avait vue arriver, la jolie Laurence. Ni les journalistes pros du secteur des Miss, ni les autres finalistes ni même finalement le public quand on regarde un peu les réseaux sociaux le soir de l’élection. Est-ce à dire qu’elle ne mérite pas sa couronne ? Non. Par contre, ce qui est certain, c’est que le concours de Miss Belgique gagnerait en crédibilité s’il se donnait la peine d’améliorer certains points. La transparence sur les votes tout d’abord. Pour qui le public a-t-il réellement voté ? On ne le sait pas. Ensuite, l’avis de la présidente du comité, Darline Devos. Tout puissant, il donne l’impression aux autres candidates que tout est joué d’avance (et c’est finalement ce qui ressort de notre enquête) et que Darline cherche une candidate malléable et façonnable, « une fille gentille qui ne fera pas de vague et qui plaît aux sponsors », comme disent plusieurs finalistes. Enfin, si le concours veut retrouver son glamour d’antan, peut-être serait-il bon de songer à un retour sur une grande chaîne nationale, à un vrai spectacle avec des stars comme en France et à une soirée orchestrée dans un lieu un peu brin plus féérique que… Plopsaland.

     

                                                                            Laurence BRIQUET (Crédit-photo : K. Swijsen). 

     

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Miss Belgique : les résultats étaient connus avant la proclamation !

     

    Groupe crédit kevin Swijsen.jpg

    Depuis l’élection de Miss Belgique 2014, les rumeurs de tricherie vont bon train. Le public a-t-il réellement son mot à dire ? Rien n’est moins sûr quand on apprend que les finalistes se sont engagées à ne pas demander de comptes sms au Comité Miss Belgique et qu’au moment de remonter sur scène pour la proclamation, des finalistes avaient secrètement l’information sur la gagnante.

    L’élection de Laurence Langen comme nouvelle Miss Belgique a fait grincer pas mal de dents. « Pas jolie », diront certains. « C’était couru d’avance », diront les autres. Toujours est-il que son élection est teintée d’une belle opacité. C’est notamment le cas au niveau des votes sms du public.  Pour tenter d’en savoir plus, nous avons mené une enquête de plusieurs semaines.

    Pour rappel, chaque finaliste a reçu, en octobre dernier, un numéro de candidate allant de 1 à 24, invitant ainsi ses contacts à voter pour elle par sms. « Pendant plusieurs mois, on nous a demandé de partager sur les réseaux sociaux notre numéro et d’inciter les gens à voter pour nous », explique une finaliste qui préfère garder l’anonymat. « Du coup, on met tout le monde à contribution : la famille, les amis, les contacts Facebook, les relations professionnelles… » Ce qui génère évidemment pas mal d’argent puisque le sms est facturé… un euro.  Et, fait étonnant, quelques jours avant la finale, alors que les finalistes étaient en résidence collective à La Panne, elles ont été invitées à signer un document pour le moins spécial. « On s’engageait à ne pas demander de compte par rapport aux résultats, notamment en ce qui concerne les votes sms », explique une finaliste. « La décision du jury et du comité est irrévocable en ce qui concerne la Miss et nous ne pouvions pas contester cette décision », renchérit une autre. « Je n’ai pas tout lu, de toute façon, il fallait le signer », confirme une troisième. Bel exemple de démocratie… Or, les candidates ont été invitées à privilégier ce mode de vote. « Régulièrement, avant l’élection, on nous informait des filles qui figuraient dans le top 6 des votes sms. On publiait cela sur Facebook notamment », ajoute une candidate. De quoi leur mettre a pression pour qu’elles incitent leurs familles et amis à voter encore et encore pour elle(s).

    Le soir de l’élection, le chiffre de 10.000 euros de sms pour une seule candidate a été cité par des finalistes sans finalement avoir pu être vérifié puisque le comité garde précieusement les résultats des votes pour lui. Par ailleurs, c’est déjà au moment des sélections provinciales que le vote par sms intervient.

    De quoi pousser les jeunes filles en quête de la couronne suprême à mobiliser un maximum leurs contacts et à venir gonfler le porte-monnaie du comité…

    Autre élément troublant, dans les coulisses, le soir de l’élection, juste avant de monter sur scène pour la proclamation, les filles en lice ont reçu une montre qu’elles ont dû enfiler. Derrière celle de la gagnante figurait la mention « Miss Belgique » tout comme la mention « première dauphine » et « deuxième dauphine » pour les filles concernées.  Et cela, avant que la proclamation finale n’ait eu lieu. Bref, si elles ont regardé derrière leur montre, elles ont su avant tout le monde et notamment avant la fameuse enveloppe de l’huissier contenant les résultats.

    Enfin, il faut savoir qu’une des finalistes envisage actuellement une action en justice.  « J’y pense et je cherche un avocat. Nous n’avons même pas reçu d’exemplaire du contrat que nous avons signé quelques jours avant la finale. Pour moi, ce n’est pas légal », explique-t-elle.

    La polémique n’est donc pas près de retomber…

    (Crédit-photo : Kevin Swijsen). 

                                                                                              E.D.

    Pin it! Catégories : Tout nouveau tout chaud
  • Le Gloss Volupté signé YSL

    GLOSS VOLUPTE N19 - copie.jpg

    Yves Saint Laurent lance un tout nouveau gloss,
dernier né de la famille Volupté. Pour l’occasion, les lèvres s’habillent d’irrésistibles couleurs glossy aux éclats dorés, iridescents ou purs.

    Fini le gloss « sticky » qui ne tient pas. Impalpable et pourtant intensément brillante, la texture « slim » ultra fine du nouveau Gloss Volupté, non grasse et non collante, colore et galbe
les lèvres d’un film haute fidélité à l’éclat « wet ».

    On adore ? L’applicateur en forme de bouche, hyper précis et très ergonomique en plus d’être design.

    On a le choix entre 
10 teintes opulentes aux reflets dorés, 54 teintes scintillantes et 9 teintes translucides à la brillance miroir.


    Nouveautés à découvrir dès le mois de mars au prix conseillé de 30,50 euros.  

    Crédit-photo : Yves Saint Laurent. 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Tout nouveau tout chaud
  • Envie de faire le plein de bonne humeur ?

    hydraquench_tinted_moisturizer_model - copie.jpg

    Hydrater en continu, raviver l'éclat et donner illico un effet bonne mine, voilà ce que nous promet la dernière nouveauté Clarins pour le teint : la crème de soins teintée désaltérante SPF 15. Elle promet plus d'hydratation (pour un aspect de peau plus pulpeux), une triple protection (contre les UV, la pollution et les radicaux libres) et une action sur l'éclat de la peau. Résultats? Un visage rayonnant et une humeur au beau fixe. En plein hiver, on dit oui!

    Disponible dès la mi-février en 6 teintes (3 pour peaux claires et 3 pour peaux plus foncées), au prix conseillé de 36 euros. 

    hydraquench_tinted_moisturizer_3_tubes_still_life - copie.jpg

    (Crédit-photos : Clarins). 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Tout nouveau tout chaud
  • Le premier magnolia gourmand selon Lancôme

    01_LVEB_Eau_de_Toilette - copie.jpg

    En avril, Lancôme lance une nouveauté parfumée : "La Vie est Belle", eau de toilette, un jus rosé à la fraîcheur lumineuse qui réinterprète la création parfumée de la maison grâce au magnolia. Concrètement,  Lancôme crée son premier magnolia gourmand.
C’est du savoir-faire unique de deux des plus grands parfumeurs français qu’est née cette création tout en lumière et délicatesse : la féminité lumineuse d’Anne Flipo pour une éclatante touche de joie de vivre et la virtuosité technique de Dominique Ropion pour faire naître l’étincelle de vie par la grâce des fleurs.

    Une réinterprétation de la signature gourmande du parfum iconique, autour d’une fleur majestueuse dont la subtile volupté se marie à un cœur de matières naturelles nobles. L’essence de magnolia vient ainsi rafraîchir l’iris pallida sous sa forme la plus lumineuse, sublimant l’absolu de fleurs blanches et l’essence de patchouli dans une harmonie exaltante. Prix conseillé : 71 euros pour la version 50 ml et 100 euros pour la version 100 ml. 

    Le flacon a lui aussi subi un léger lifting (3e sur la photo). 

    LVEB_EDT04 - copie.jpg

     

    Crédit-photos : Lancôme. 

    Pin it! Catégories : Les parfums, Tout nouveau tout chaud
  • Démaquillage : et si on passait à la crème ?

    nature_morte_pack_creme_dou - copie.jpg

    On avait les lotions, les lingettes ou encore les eaux démaquillantes. Voici aujourd'hui la crème douce démaquillante anti-pollution lancée par Clarins. Dépolluante, détoxifiante et démaquillante, on apprécie ses ingrédients qui rappellent l'été : mangue, karité et jojoba. Elle sera disponible dès la mi-février au prix conseillé de 33,50 euros. (Crédit-photo : Clarins). 

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Tout nouveau tout chaud
  • Vous préférez un teint de rose ou d'abricot ?

    Une.jpg

    Pour les inconditionnelles du maquillage minéral, la marque Une Natural Beauty élargit sa gamme en lançant Light Minerals Face Powder, une poudre minérale hyper légère disponible en 2 teintes. La marque promet une texture ultra légère, un produit 100% naturel et un effet matifiant instantané. Autre nouveauté, un embellisseur abricot ou rose qui donne une touche d’éclat au visage. Résultat ? Un effet bonne mine en un coup de pinceau. (Crédit-photos : Une). 

     

    APRICOT_LIGHT_MINERALS_ENHANCER_A04_O - copie.jpg

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Tout nouveau tout chaud
  • Dior, créateur de peau parfaite

    Dreamskin - copie.jpg

    Saviez-vous que 75% de la beauté et de la jeunesse du visage dépendent avant tout de la qualité de la peau et de l'uniformité du teint? Partant de ce constat, Dior lance Dream Skin, le premier soin anti-âge global, créateur de peau parfaite, qui agit sur la correction des rides, des pores, des taches, des rougeurs et du teint terne. Comme ça, vous ne devrez plus choisir entre soin anti-âge global, soin anti-taches ou soin affinant-lissant ! La marque propose ici un soin qui agit en surface (pour une peau plus belle au naturel) et en profondeur (pour embellir la peau de jour en jour grâce aux actifs floraux). Prix conseillé? 110 euros pour 30 ml. 

    Le début d'année nous offre également chez Dior une innovation écologique : Capture Totale crème muli-perfection visage et cou (prix conseillé : 147 euros pour 60 ml) est désormais disponible dans un écrin rechargeable. On recharge en effet en un clic rapide le précieux pot écrin. Voilà qui va alléger l'empreinte environnementale de Capture Totale! (Crédit-photos : Dior). 

    Creme Capture Totale multi-perfection - copie.jpg

    la recharge de la Creme Capture Totale multi-perfection - copie.jpg

    Pin it! Catégories : Le make-up, Le teint, Tout nouveau tout chaud